Browse Category

Bons plans à paris

Bons plans à parisGastronomie

Aïe Aïe Aïe, délice thaï chez Yaai Thaï

posted by Flavie Garnier 20 mai 2019 0 comments

Fous de cuisine asiatique, bonne nouvelle : meilleure cantine thaïlandaise dégôtée au 35 Boulevard de Bonne Nouvelle ! Yaai Thaï nous ouvre ses portes le temps d’une escapade à Bangkok dans une ambiance street food, sans quitter Paris. Vous êtes du voyage ? 

Voyage Thaï les yeux ouverts…

Si Yāy(ou ยาย) signifie « mamie » en thaïlandais, ce n’est pas pour rien.

Cette perle de restaurant, c’est à Matthieu Soliveres, fondateur de Mamie Burger, qu’on la doit. Mais le nom du restaurant se comprend surtout au travers des plats traditionnels qu’il propose, une cuisine thaïlandaise authentique comme la ferait notre grand-mère thaï ! 

Yaai Thaï c’est un restaurant mais deux adresses : l’une à Bonne Nouvelle dans le 2ème, que nous avons testée, et l’autre au 22 rue Daguerre dans le 14ème, plus petite.

Quoiqu’il en soit, 2ème ou 14ème, Paris a disparu : place aux ruelles animées de la capitale du Pays du Sourire. Nos mirettes en prennent plein la vue avec tous ces éléments de déco venus tout droit de Thaïlande ! Des objets et de la couleur partout, des paniers en osier au plafond; un décor typique qui dépayse.

               

L’expérience visuelle continue grâce à la préparation, devant nos yeux, de savoureuses et honnêtes assiettes (identiques aux photos) cuisinées au wok.

…et le ventre plein

Toute cette joyeuse animation, mélange de conversations des nombreuses bouches à nourrir et de joie de vivre des serveurs, nous donne faim.

Salade de papaye, curry au lait de coco, soupe à la citronnelle, nouilles sautées à la sauce soja, riz gluant à la mangue, banane au lait de coco, etc ; cet article m’ordonne de retourner très prochainement faire honneur à ces plats, délaissés lors de notre commande…

Pour nous ce fut donc :

  • Gyoza (Raviolis aux légumes et au poulet) et Nuea I-San (Brochettes de boeuf) en entrées ;
  • Piao Wane (Poulet, Légumes sautés à l’ananas, oignons, sauce aigre douce) et Phad Kra Prao (Boeuf, Légumes sautés au piment, basilic Thaï) en plats ;
  • Riz Parfumé et Vermicelles sautés aux légumes en accompagnements ;
  • Khanom Mo Keng (Flan Thaï) et Saparot (Ananas) en desserts.

 

Bon, bon,bon… On n’a pas eu les choix les plus originaux mais on s’est régalé. 

C’est plein de saveurs, c’est sain, gourmand, fondant, croquant et purée que ça sent bon ! C’est impossible de ne pas trouver son bonheur, il y en a pour tous les goûts : que l’on soit de ceux qui sont faibles face aux plats un chouilla épicés (moi), ou des forts qui se rient du curry rouge (la bouche qui m’accompagnait).

Qu’est-ce qui vient parfaire ce déjeuner ? Son prix tout à fait correct ! Comptez environ 7€ pour l’entrée, pareil pour le dessert et 12€ pour le plat.

J’ai accompagné mon repas d’un thé glaçé Thaï, très bon mais que je trouvais trop sucré au début. Et puis finalement il se trouve qu’il s’est très bien marié avec mon plat, alors je n’ai rien à redire.

Désormais notre mamie thaï, c’est Yaai Thaï.

Photos @YaaiThaï @KikiAParis

A Faire
N’importe qui, y en a pour tous les goûts
Les +
 Des plats authentiques, des prix très corrects, décor immersif et ambiance aussi chaleureuse que dépaysante 
Les -
Adresse
35 Boulevard de Bonne Nouvelle 75002 et 22 rue Daguerre 75014, Paris
Horaires
DU LUNDI AU VENDREDI : 12:00 – 14:30, 19:00 – 23:00 – SAMEDI : 12:00 – 23:00 – DIMANCHE : 12:00 – 14:30, 19:00 – 23:00
Prix
Environ 7€ l’entrée, 12€ le plat, 7€ le dessert, 11€ le menu enfant

Bons plans à parisGastronomie

Dim Sum franco-chinois, parfait mélange de saveurs signé Yikou

posted by Flavie Garnier 15 mai 2019 0 comments

Une bouchée vapeur, une Franco-Chinoiserie : là est la signification de Yikou, petit mot qui révèle un grand restaurant. Laissez-nous vous présenter ce créateur de Dim Sum indépendant à l’inventivité qui nous ravie, mélangeant gastronomie chinoise et ingrédients français.

Une histoire de duo

Le restaurant Yikou est avant tout une histoire de duo.

  • 2 Pays : la volonté du restaurant et ce qu’il fait à merveille, est de rassembler les saveurs françaises et chinoises dans des Dim Sum traditionnels chinois. Une idée de génie et un pur régal.
  • 2 Esprits : Chénxiào, le gérant, et Pierre, le co-gérant. Nous avons été servies par Chénxiào en personne, très souriant il prend réellement à coeur que ses clients passent un agréable moment. Lui comme le reste de l’équipe d’ailleurs.

Le charme du lieu

C’est beau. Le bon goût fait la déco.

Les briques blanches des murs accueillent la splendide et contrastante fresque de l’artiste Mateus Bailon, la grande table en bois sur mesure est la pièce centrale du restaurant, les chaises dépareillées sont en bambous tressés et le plafond design donne une impression de hauteur.

L’ambiance musicale vérifie notre impression : les gérants sont stylés. Ils font une sélection d’artistes chinois et français pas connus, on n’hésite pas à leur demander leur playlist !

Saveurs nouvelles dans les paniers

Confidence : jusqu’à ce repas, je n’avais jamais goûté de Dim Sum de ma vie. En revanche, j’ai vu Le Voyage de Chihiro des millions de fois et bavais toujours autant devant les plats engloutis par les parents de Chihiro avant de se transformer en porcs (triste destin). Je ne sais plus s’il y avait des Dim Sum dans leur festin mais c’est à ce dessin animé que j’ai pensé en les découvrant via l’instagram du restaurant ! Alors, Yikou, j’avais de graaandes attentes….

…qui furent parfaitement satisfaites.

  • Dim Sum

Après 20 minutes d’étude minutieuse du menu (3 Dim Sum terriens, 5 marins, 5 végétariens, 3 Bao Burgers ; TOUT a l’air délicieux !), nous passons commande. On nous conseille de prendre 3 paniers chacune, chacun contenant 3 pièces de Dim Sum, sauf le Chasu Forestier où il n’y en a que 2.

  1. Chasu Forestier : Bao (pain vapeur) au civet de sanglier laqué façon Canton, relevé au vin de riz de Shaoxing et Cranberries. 7€
  2. Babao Truffes : Petite bourse de potage façon xiao long bao, poulet fermier origine France et châtaignes d’eau relevés à l’huile de truffe noire du Périgord. 6,5€
  3. Dentelle Taïtaï : Bouchée enrobage 3 textures : dentelle croustillante sur purée de taro fondante et coeur au poulet fermier origine France6,5€

  4. Hei CharlieRaviole de saumon marinée au thé noir fumé Lapsang Souchong, julienne de céleri et pâte à l’encre de seiche. 6,5€

  5. Brin de FoyiRaviole à la tôme de chèvre frais et au kaki séché fumé au foin de Crau AOP. 7€

GROS GROS GROS COUP DE COEUR POUR LES 2 ET 4 mais tous sont d’une nouveauté et originalité gustative indéniable. On est surpris à chaque bouchée. C’est visuellement très sophistiqué, la technique est visible dans l’esthétisme des Dim Sum.

Si le choix s’avère trop difficile, tournez-vous vers les Compositions du Chef ou bien vers les Bao Burgers pour lesquels nous serons obligées de revenir, mince…

  • Boissons

La carte des boissons est, elle aussi, une hantise pour les indécis… Cocktails Asie-mutés ? Yi-Tea, les « Bubble Tea sans ingrédients extra-terrestres » ? L’appel de l’alcool étant toujours vainqueur, allons-y pour le Kung Foudre : Vodka Française de la Dune de Pyla, Mei Kuai Lu, liqueur de fraises des bois, liqueur de litchi, vin blanc et notes de piments d’Espelette.

Une erreur de choix car, étant en lendemain de cuite, nous n’avons pas pu finir notre verre (que l’on                                          reconnait tout de même vraiment bien réalisé)…Mais pas de gâchis ! Nous l’avons offert à la table d’à côté                              avec laquelle nous avons sympathisée. Je ne sais pas si tous les clients du restaurant sont comme ça, mais                            eux étaient d’une extrême sympathie et ont levé leur verre en criant « merci Emma ! » quand nous sommes                              parties, prénom de ma cousine. Ça en plus de la gentillesse de l’équipe : 10/10 pour l’ambiance. 

  • Dessert

En dessert nos choix ont été le Chocochinois : Fondant vapeur au chocolat sichuanais sauce caramel soja salé & glace thé vert matcha, et le Madame SagoMousse de crème de coco infusée aux Spéculoos sur lit de mangue 3 textures.

Le Chocochinois était excellent mais le Madame Sago était un coup de foudre. D’une délicieuse légèreté, ce dessert gratté à la cuillère jusqu’à la dernière bouchée a achevé de nous séduire.

To conclude

Que c’est bon de tomber sur des endroits comme Yikou. Un sans faute recommandé par KikiAParis.

Merci mille fois pour ce bon repas !

Photos @Pierre Lucet-Penato @Emotions-De Dietrich

A Faire
Entre Amis, En Famille, En Amoureux (risque de ridicule en tenant les baguettes  ou en essayant d’avaler le Dim Sum en entier pour ne pas en faire tomber la moitié sur la table)
Les +
Très bon rapport qualité-prix, Excellente cuisine innovante et sophistiquée trouvable nulle part ailleurs, Vaste choix de boissons
Les -
?
Adresse
49 rue de l’Aqueduc, 75010 Paris
Horaires
Du Mardi au Samedi : 12h-15h  19h-23h
Prix
De 6€ à 8€50 les Dim Sum, de 20€ à 26€ les Compositions du Chef, 18€ les Bao Burgers, de 6€ à 9€ les desserts, 12€ les cocktails

beignets tibétain
Gastronomie

Karma, le restaurant tibétain du 12ème qui vaut le détour !

posted by Anne-Laure 13 mai 2019 0 comments

Après d’innombrables restaurants asiatiques, comme le Happai Teï, aujourd’hui, je vais vous présenter un restaurant qui est à côté de la gare de Lyon, parfait pour un midi ou pour un petit creux pas trop cher en attendant le train. Je ne suis pas spécialiste de la cuisine tibétaine, mais si je vous en parle aujourd’hui, c’est qu’il vaut le détour. 

KARMA – spécialités tibétaines

Le restaurant est situé dans une ruelle à côté de la gare, il est donc facile d’accès, mais un peu caché, on ne le trouve pas par hasard. C’est un petit restaurant, qui ne paye pas de mine de l’extérieur. Sincèrement, si nous l’avions pas vu sur internet, nous ne serions peut-être pas entrés. Il y a environ 30 couverts et la devanture est assez banale.

Un peu de tout s’il-vous-plaît

A l’abord de la carte, nous voulions tout goûter, mais évidemment, ce n’est pas possible….

En entrée, nous avons choisi, un Tsam thuk, c’est une soupe de farine d’orge grillée avec du boeuf haché et des beignets de pommes de terre avec oignons et ail, parfumés à la coriandre.

Personnellement, je n’ai pas aimé le goût de la soupe, mais la personne avec qui j’étais l’a trouvée très bonne. Les beignets de pommes de terre sont très bons, une entrée un peu plus classique certes, mais typique quand même. Leur soupe aux lentilles me donnait très envie également. 

beignets tibétaine

Pour le plat, nous avons pris un Lang sha tsel, c’est un sauté de boeuf aux légumes et un Dja sua khatsa, c’est un Curry de poulet. Les plats sont accompagnés de riz ou de pain tibétain, nous avons tout les deux pris du riz, avec en plus un pain à la tibétaine pour goûter. Concernant ce dernier, c’est de la farine, de l’eau et de la levure, mais cuit à la vapeur.

Le sauté de boeuf aux légumes était très bon, je me suis vraiment régalée. Les légumes étaient croquants et très bien assaisonnés, la viande très tendre et bien épicé et avec le riz, cela faisait un repas très complet. Attention, quand je dis épicé, je parle des épices tibétaines, pas d’épices piquantes.

Je trouve que le curry manquait un peu de légumes, mais il était très bon. Je n’aime pas trop les curry jaune de poulet cuisiné à l’indienne, mais celui-là n’avait pas du tout le même goût, vraiment bon.

Les petit plus sont leurs différents menus très avantageux, mais aussi les plats généreux, nous n’avions plus du tout faim après.

plats tibétaine

Et vous, vous avez déjà testé ce restaurant ? N’hésitez pas à nous dire en commentaires si ça vous a donné l’eau à la bouche ! 😉 

Photos ©Kikiaparis et ©Karma

A Faire
Entre potes, en couple
Les +
Service rapide, personnel agréable
Les -
La décoration un peu vieillotte
Ambiance
Simple et authentique
Adresse

24 Rue Traversière, 75012 Paris

Horaires
Ouvert du Lundi  au vendredi de 12h – 14h30 / 19h – 22h et le Samedi de 19h – 22h. Fermé le Dimanche
Prix
Plats : Entre 8 et 14€

 

Bons plans à parisGastronomie

Harper’s, le resto qui va faire grimper votre compteur de likes sur instagram

posted by Sophie Lebel 9 mai 2019 0 comments

En cet hiver glacial, nous avons décidé de nous faire plaisir et de tester le Harper’s, attirées par son site internet qui donne vraiment trop envie et ses très bons avis sur internet. Mais qu’est-ce que vaut vraiment ce restaurant qui existe dans quatre arrondissements de Paris ? Kiki vous dit tout !

Des spécialités américaines revisitées

Ne vous attendez pas à de la malbouffe américaine, le Harper’s est un endroit qui propose de la cuisine 100% faite maison, équilibrée, et qui apporte sa touche frenchie à tous ses plats.

Tapas, burgers, salades composées, plats signatures, il y en aura pour tous les goûts et tous les régimes.

Pour info, vous pouvez manger sur place, vous faire livrer ou même faire appel à Harper’s pour un traiteur. Nous avons testé quant à nous la première option : manger sur place !

4 restos à Paris

Le Harper’s se décline en 4 restaurants aux quatre coins de Paris dont voici les adresses :

  • 16 rue Letort, dans le 18ème
  • 46 Bis BD du Montparnasse, dans le 15ème
  • 31 rue Legendre, dans le 17 ème
  • 64 rue Réaumur dans le 3ème (celui que l’on a testé !)

Le cadre

J’ai adoré l’atmosphère et la déco du Harper’s. C’est épuré, design, lumineux avec de grandes vitres, on s’y sent très bien ! Lorsque c’est ensoleillé comme le jour de notre venue, c’est super agréable. Le petit bémol, c’est que j’ai trouvé que les chaises n’étaient pas très confortables.

Au Menu

La carte donne irrésistiblement envie de tout goûter : Quinoa bowl, Poké Saumon, Fajitas de poulet, scampis de gambas, ribs de porc… Des menus sont proposés et c’est vraiment plus intéressant pour votre portefeuille.

Découvrez la carte complète juste ici. 

Notre entrée

Pour l’entrée, nous avons choisi l’avocado toast. On s’attendait à avoir une tartine avec de l’avocat dessus… Mais en fait c’était bien plus que ça ! Regardez la beauté de cette entrée :

Déjà l’assiette est juste canon, mais alors ce qui est dedans l’est encore plus ! Côté goût, 20/20 aussi : les petites tomates séchées et le guacamole sont juste à tomber… On regrette juste une chose : ne pas en manger une deuxième ! Mais calmons-nous, c’est juste l’entrée ….

Le plat principal

Pour le plat, Kim étant végétarienne elle a opté pour une salade.

Quant à moi, j’ai choisi les petites pommes de terres et sa pintade, qui est présentée de façon juste trop mignonne :

Le goût est au rendez-vous, les pommes de terre sont faites maison, la pintade est fondante et pas du tout sèche, et la sauce aux champignons est juste à tomber !

Le dessert

A ce stade, notre estomac est déjà bien rempli mais nous voulons tout de même, par professionnalisme envers vous chers lecteurs, tester les desserts du Harper’s (oui je sais, notre métier est difficile ! ahah). Au programme, le café gourmand qui nous permet de tester trois desserts de la carte.

On ne le voit pas sur la photo, mais il y a des pommes caramélisées en plus du chocolat cake et du tiramisu. Gros like sur le tiramisu qui est léger et délicieux ! On est moins fans des pommes caramélisées qui sont un peu trop sucrées. Le gâteau au chocolat lui, est très bon mais heureusement que la portion est petite car c’est très sucré là aussi.

Verdict final ? On dit Oui au Harper’s ! La présentation des plats et leurs goûts sont au rendez-vous, on s’est vraiment régalées. Je trouve que c’est une adresse parfaite pour un déjeuner entre collègues ou avec des amis. N’hésitez pas à nous dire si vous avez testé l’une des quatre adresses, en tout cas, nous y retournerons nous ! 

Crédits photos ©KikiAParis et Harper’s

A Faire
Entre amis, en couple, entre collègues
Les +
La présentation des plats, la qualité des plats
Les -
L’addition peut vite monter si vous prenez tout à la carte
Adresse
64 rue Réaumur dans le 3ème
Horaires
11h-16h
Prix
Plats à 15€ en moyenne, Entrée de 10 à 13€, desserts de 7 à 8€.

 

Bons plans à parisCulture

Explorez toute la richesse de l’Océanie à Paris – Musée du Quai Branly

posted by Sophie Lebel 30 avril 2019 0 comments

Embarquez pour l’Océanie le temps d’une exposition d’envergure au Musée du Quai Branly- Jacques Chirac ! Pour la première fois en France, un espace culturel accueille près de 200 oeuvres anciennes et contemporaines du continent aux vingt-cinq mille îles.

Un parcours initiatique thématique

Ce voyage dans le Pacifique, fruit de l’exposition « Océanie », vous plongera, à travers un parcours jalonné par quatre grandes thématiques –le voyage, l’ancrage, la rencontre et la mémoire-, dans les cultures et les traditions des peuples insulaires du continent. Véritable panorama de l’Art océanien, cette exposition contient une profusion d’oeuvres anciennes et contemporaines, dont certaines sont extrêmement connues –comme la Figure féminine tatouée Aitutaki ou encore la Statue de divinité identifiée comme le Dieu A’a et dont Picasso possédait la réplique en bronze-, d’autres plus rarement exposées.

Chaque objet du quotidien a cette particularité d’être aussi un objet d’art, un réceptacle riche en symboles et invoquant le plus souvent divinités et ancêtres, depuis les pirogues, proues, pagaies, objets indispensables dans le quotidien des autochtones (et dont certaines pièces proviennent des voyages du Capitaine James Cook), jusqu’aux poteaux, frontons, pupitres, sans oublier les coiffes, boucliers ou encore masques, objets traditionnels relatifs à l’ancrage et aux rituels.

Pirogue de pëche à la bonite, fin du 19e siècle, Iles Salomon

Questionner l’histoire et la mémoire à travers l’Art

Si tous ces objets exposés nous permettent de mieux appréhender la culture « océanienne », la deuxième partie de l’exposition, dédiée à la rencontre et à la mémoire, nous plonge, elle, dans l’évolution historique de ce continent. Les interactions avec les autres peuples insulaires tissent un lien social, un réseau d’alliances qui seront aussi à partir du 18e siècle un des modes d’interaction avec les premiers européens.

La rencontre entre les autochnones et les européens, qui provoque de nombreux changements en Océanie (conversion au christianime, introduction de maladies, découverte de la médecine occidentale, apprentissage de la lecture et de l’écriture…), sont des changements qui influent directement sur la culture et l’histoire du continent.

Les oeuvres qui en découlent, plus contemporaines, questionnent cette expérience coloniale, cette identité et cette mémoire propre au continent qu’il s’agit de préserver face aux défis d’hier, d’aujourd’hui et surtout de demain.

Poteau de maison cérémonielle ou d’abri sacré (18e siècle), ïle Makira

Une exposition pour toucher du doigt l’esprit océanien

Cette exposition permet avant tout de mieux comprendre l’« esprit océanien » : un esprit imprégné complètement et à tous les dégrès par son environnement naturel, par son histoire (rites, échanges…) et par ses croyances (pouvoir des divinités, respect des ancêtres…).

L’Art y est omniprésent, et si hier il servait à mettre en avant la culture et les croyances des peuples océaniens, il sert aussi aujourd’hui aussi à questionner l’histoire et la mémoire, à travers des oeuvres fortes comme « In pursuit of Venus, [Infested] » de l’artiste néo-zélandaise Lisa Reihana ou encore l’oeuvre monumentale de John Pule « Kehe tau hauaga foaou », fresque tentant de capturer la notion de perte.

L’exposition se clôture de la plus émouvante des manières, par une vidéo de Kathy Jetnil-Kijner, poétesse et écrivaine venant des Iles Marshall, récitant à sa fille son poème « Dites-leur », un poème en hommage à ses îles, aujourd’hui menacées notamment par le changement climatique. Elle avait d’ailleurs été invitée en 2014 par l’ONU à prononcer un discours lors de l’Assemblée générale des Nations unies sur le climat.

En bref,  une exposition fournie avec beaucoup de pièces rarissimes qui vous permettent d’explorer au mieux la culture de ce continent si dépaysant (et en même temps, par certains aspects, si proche) ! Le seul bémol soulevé est de rester (un peu) sur sa faim, tant cette magnifique exposition nous semble passer vite, est-ce donc vraiment un bémol ?

A Faire
En solo, entre amis, en famille
Les +
Une collection extrêmement riche et un parcours bien pensé
Les -
On en redemande encore
Adresse
37 Quai Branly, 75007 Paris

Article rédigé par Militza Damjanovic de l’équipe KikiAParis

Image principale : In the pursuit of Venus, [Infested] , de Lisa Reihana

Bons plans à parisGastronomie

Boca, des tapas qui nous mettent l’eau à la bouche dans le 9ème !

posted by Flavie Garnier 19 avril 2019 0 comments

Quelle merveilleuse invention que les tapas tout de même… Plus question de regretter le plat B en l’ayant délaissé à la commande pour le plat A :  on goûte à tout ! Et que demander de plus lorsque ces tapas sont excellents ? Parce que chez Kiki on aime que le repas de nos lecteurs ne soit pas gâché par un mauvais choix, nous avons écrit ceci , et aujourd’hui écrivons cela : bienvenue à Boca ! 

Boca, c’est quoi ?

C’est petit, c’est joli.

On découvre un beau restaurant au plafond de miroirs et aux luminaires en osier. L’endroit est cosy et dispose de 14 places assises en salle, 6 au bar et une dizaine en terrasse.

Situé au 11 bis rue Blanche dans le 9e, il n’est pas dans une rue très passante ou commerciale mais est juste à côté du Théâtre de Paris. Il est donc très souvent complet, surtout les vendredis et samedis. Il faut penser à réserver bien que ce soit un peu plus calme le Mardi.

Boca c’est un restaurant qui se veut écologique : à table on évite les bouteilles, on vous servira une eau filtrée maison plate ou pétillante. 

C’est aussi un restaurant qui se veut original, tant dans la créativité de leur cuisine que dans leur choix d’alcools ! En plus de la carte des vins qui change régulièrement, Boca essaie de proposer des alcools que l’on ne trouve pas partout comme le whisky taïwanais Kavalan et sa gamme Solist, qualifié champion du monde et qu’on trouve difficilement en France. 

Boca, qu’a-t-on en bouche ?

« Tous nos produits ont été sélectionnés avec soins, qu’ils soient bio, d’agriculture raisonnée ou locaux » peut-on lire sur la carte du restaurant. Trèèèès bien, vérifions vite cette sélection alors !

Le restaurant ne propose pas la même carte le midi et le soir, pas de tapas malheureusement le midi ! Je vous parlerai ici de notre expérience en soirée.

Nous avons le choix entre 3 plats et 8 tapas. Une carte donc raisonnablement courte, qui tient sur une page, ce qui a tendance à me rassurer quant à la qualité.

Nous étions deux et avons pris 3 tapas salés chacune, comme la carte le conseille. Place tout de suite à mon classement !

  • En 5e place ex aequo : Gyosas veggies grillés, tahin, yahourt, pois chiche et le gravlax de saumon label rouge mariné et gelée de Yuzu

                                                            Juste un peu trop salés à mon goût, mais délicieux quand même

  • En 4e place : Burrata, purée d’abricot du Vésuve

                                                                         

                                                                               Merveilleusement fondante 

  • En 3e place : Croquettes de patates douces sauce aux légumes

                                                                                 Mmh si doux en bouche…

  • En 2e place : Couteaux de Bretagne à la plancha avec charcuterie italienne

                                                                               Mélange Terre, Mer qui marche du tonnerre 

  • Et les grands gagnants, remportant la 1ère place, sont… les Ribs de cochon fermier, cébette et sauce Kentucky !

                                              Pièce de cochon confite et cuite pendant 7h, c’est l’extase. Une tendresse incroyable !

C’était un véritable régal. Rassasiées, on se partage quand même un dessert, allez hop tatin de pommes et glace au cidre ! Très bon, comme tout le reste.

La carte évolue, elle n’est surement plus la même à l’heure où vous lisez cet article MAIS PAS DE PANIQUE ! On nous a rassuré quant au sort de nos deux chouchous : ils resteront certainement à la carte. On n’est pas les seules à les aimer apparement…

Psst, le dimanche c’est brunch à Boca 😉

Photos @Boca

A Faire
Entre amis, en couple

Les +
Plats très joliement servis, aussi beaux que bons

Les -
Un peu trop de sel pour les gyozas et le saumon

Adresse
11 bis, rue Blanche
75009 Paris

Horaires
Lundi : 11h-15h, Du Mardi au Samedi : 11h-15h, 18h-01h, Dimanche : 11h-16h 

Prix
Tout est ici.

Bons plans à parisCulture

Revivre l’incroyable destin de Bourvil avec la pièce de théâtre : Dans les yeux de Jeanne

posted by Muriel 17 avril 2019 0 comments

La semaine se termine bientôt, envie de décompresser et de se vider la tête ? Vous avez besoin de tendresse et de douceur ? On a ce qu’il vous faut ! 🙂

Direction le théâtre du Petit Gymnase

Direction le théâtre du Petit Gymnase, quasiment face au Grand Rex, au 38 boulevard Bonne Nouvelle, l’entrée est une simple porte, qui contraste avec l’énorme façade vitrée du Théâtre du Gymnase qui le jouxte. Passée la porte, un couloir, puis un étroit escalier qui vous mène dans une cave quasi secrète, tant l’entrée est à l’abri des regards, ambiance…Dans cette petite salle de 160 places se joue actuellement, tous les week-ends, à 14.30: « Dans les yeux de Jeanne ».

Nous sommes en 1985, Jeanne, veuve, se souvient de son amour pour le très célèbre Bourvil, de son vrai nom : André Raimbourg.

Contexte

Au fil de ses souvenirs, Jeanne nous raconte les moments de craintes et de doutes qu’a pu avoir Bourvil à ses débuts, mais aussi les joies et le soutien sans faille de Jeanne pour l’amour de sa vie, qui a sûrement aidé Bourvil à avancer et devenir l’homme qu’il a été.

2 jeunes acteurs sur scène et 1 piano pour revivre en musique quelques succès de cet homme, car il n’était pas que acteur aux côtés, notamment, de Louis de Funès dans « le Corniaud » ou « la Traversée de Paris », il a également été auteur de sketchs célèbres et chansonniers, comme on disait à l’époque, dont : »la tactique du gendarme » ou « salade de fruits« , allez voir sur le net, ça vous dit forcément quelque chose, même aux plus jeunes ! 😉

Ressenti de Kiki

L’auteur et acteur de la pièce, Guillaume Sorel, incarne André Raimbourg, sans caricature, avec des mimiques empruntées à Bourvil, mais tout en restant lui même et sa femme, Jeanne, jouée par Apolline Andreys est d’une justesse dans la douceur et l’amour porté à cet homme, elle qui était dans l’ombre du comédien.

A eux deux, ils en font une pièce fraîche, pas du tout désuète, drôle, pleine de douceur, de poésie et de l’émotion qui vous transporte à la fin, tant on s’attache aux personnages  !

Ce qui est assez fort aussi, c’est de réussir à montrer sur scène que nous sommes dans les souvenirs de Jeanne, tout en étant, parfois, dans la réalité…une mise en scène bien ciselée, même si on aurait aimé un peu plus de rythme à un moment de la pièce, mais ce temps de pause est minime, vous ne vous ennuierez pas, bien au contraire ! Voici une jolie pièce à partager, en famille, en couple, entre amis, tout est permis !

 

A Faire
En famille, en couple, entre amis
Les +
De l’humour, de l’émotion, de la musique, de la fraîcheur !  
Les -
Un petit ralentissement au niveau du rythme au cours de la pièce, mais minime…
Adresse
Théâtre du Petit Gymnase, 38 boulevard Bonne Nouvelle 75010 Paris
Horaires
les samedis et dimanches à 14.30  
Prix
25€

Bons plans à parisGastronomie

Père & Fish Restaurant : Burgers Gourmets Fishtrement bons de poissons frais

posted by Flavie Garnier 12 avril 2019 0 comments

Envie d’un burger mais la recette traditionnelle du « viande, crudités » ennuie vos papilles ? Tiens, tiens mais l’équipe Kiki à Paris n’aurait-elle pas trouvé, une fois encore, ce qu’il vous faut ? L’originalité se trouve dans le 9ème chez Père & Fish Restaurant : nouveau concept de restauration rapide de Burgers gastronomiques de poisson frais. 

Le concept expliqué

Ouvert depuis le 3 Septembre 2018, Père & Fish restaurant est la première chaîne de restauration rapide de poisson.

L’idée se construit et prend forme grâce à 4 amis Fishmasters et entrepreneurs : Antony Giordano, Ava Maisani Casanova, Charles Cagnac et Alexandre Rafaitin. Tous partagent leur amour du poisson, qui est affaire de famille chez les Giordano, mais aussi leur engagement pour la durabilité et le respect de l’éco-système marin.  

C’est donc rue du Faubourg Poissonnière (est-ce un hasard ?) qu’ont jeté l’ancre les fondateurs, proposant une carte aux recettes élaborées 100% faites maison, aux produits frais et aux poissons issus d’une pêche durable.

Le concept testé

3 formules sont proposées : Menu Pépère (13,50€), Menu Fishton (15€) et Menu Faim de Loup (18€). Comme chez Kiki on a le sens du sacrifice et qu’on voulait tout goûter pour vous renseigner au mieux, ce fût deux « Faim de Loup » pour nous.

Les Burgers sont servis coupés en deux, parfaits pour partager ou faire de belles photos Insta (aussi beaux que bons, à posteriori).

J’ai ainsi pu goûter L’Ecossais : Saumon d’Ecosse Label Rouge snacké à la plancha, Oignons confits, Mâche, Savora, Chips de manioc, Coleslaw Père & Fish et sauce barbecue maison.  Gros coup de coeur.

Puis Le Classic : Poisson à chair blanche (selon arrivage : dos de colin noir ce soir là) pané aux corn flakes, Oignons Frits, Trévise rouge ciselée, Pickles de concombres & d’oignons rouges, Sauce crème ciboulette & citron confit. Pour citer mon copain, qui est un palais difficile d’habitude : « Je crois que c’est le meilleur burger que j’ai jamais mangé. »

Tout ça accompagné de frites, de coleslaw maison (pomme grany, chou rouge, concombre), d’une limonade maison (désolée pour les répétitions, mais qu’est-ce que vous voulez, tout est maison) et de 2 desserts : un tiramisu framboise et une salade de fruits, deux seuls bémols du repas car un peu trop classiques. Mais ce n’est pas là l’intérêt de l’adresse !

La carte propose aussi Le Mr Aïoli, Le Burger Végé, Le Saisonnier, une formule Salade avec poisson au choix ou des snacks (Burger P’tit Fish, Bouchées de Merlan à l’Ossau Iraty, Rillettes de Haddock fumé).

Le concept validé

Un très bon moment grâce à de très bons burgers et une équipe de très bonne humeur. Sur ce dernier point, même les vidéos postées sur l’instagram du restaurant donnent envie de venir les rencontrer ! Que du positif si ce n’est mon regret de ne pas avoir goûté au Saisonnier : burger dont la recette change fréquemment.

Très bonne adresse fortement conseillée, tel est le mot de la fin.

P.S : Possibilité de livraison dans un rayon de 2km par Uber Eats, Deliveroo ou Just Eat alors la flemme du déplacement n’est pas une excuse valable !

Photos @Sortiràparis @Pèreetfishrestaurant @KikiAParis @20minutes

A Faire
Entre Amis
Les +
 Des recettes travaillées vraiment originales et faites maison, un concept innovant, un engagement honorable, une équipe qui communique sa bonne humeur, des produits frais
Les -
Choix réduit de dessert
Adresse
67 rue du Faubourg Poissonnière, 75009 Paris
Horaires
Du Lundi au Vendredi : 12h-14h30  19h-22h30 ; Samedi : 12h-22h30 ; Dimanche : 12h-16h
Prix
12€ le Burger Solo, de 13€50 à 18€ pour les formules Burger, 12€ le menu enfant moins de 12 ans

Bons plans à parisGastronomie

Pastaland Gastronomie : une vraie trattoria italienne dans le 17ème !

posted by Sophie Lebel 9 avril 2019 0 comments

Je dois l’avouer, la cuisine italienne est ma cuisine préférée avec la cuisine française. Alors quand on nous a permis de tester Pastaland Gastronomie j’avais hâte ! Si vous êtes déjà allé(e) en italie, alors vous avez sans doute déjà testé les petits restaurants où l’on trouve beaucoup de charcuterie, de fromage, et une montage de desserts légers (ou pas) en vitrine. Et bien chez Pastaland, nous avons retrouvé ce charme à l’italienne et nous vous en disons plus ! 

Situé dans le quartier populaire de Brochant (17ème, ligne 13), près de place Clichy, Pastaland réunit les spécialités du Nord et du Sud de l’Italie.
Vous y trouverez des lasagnes, des raviolis, des pâtes fraîches, mais aussi de la charcuterie et du fromage typiques ou encore des desserts tels que le tiramisu et du vin de toutes régions d’Italie.

Un goût de Dolce Vita

Les prix sont très abordables comme vous pouvez le voir sur le menu. De notre côté, nous avons testé l’une des spécialités du restaurant : les raviolis.

Nous avons opté  pour les ravioles farcies au basilic et ricotta. Nous avons également testé les pasta « charcutière » qui sont un mélange de charcuterie avec une sauce au parmesan.
Les deux plats étaient délicieux, servis en quantité généreuse. Certes ce n’est pas light, mais une fois de temps en temps, il faut bien se faire plaisir :). Tout est fait maison et ça se voit !

Une note sucrée pour terminer en beauté

De nombreux desserts sont proposés chez Pastaland : de vrais profiteroles italiens, une panna cotta, trois tiramisus différents, une verrine au citron meringuée… De notre côté, nous avons opté pour le tiramisu au nutella, et celui aux fraises !

Les deux étaient délicieux ! Bizarrement, le tiramisu au nutella était très léger et nous l’avons rapidement englouti :p.

Sur place ou à emporter

Chez Pastaland, vous avez la possibilité de manger sur place, à emporter ou vous faire livrer ces délices italiens. Nous avons choisi de manger sur place, la salle est assez simple et idéale pour déjeuner un midi, en revanche elle est peut être un peu « froide » pour le soir. Côté livraison, Uber eats et Deliveroo référencent Pastaland, donc n’hésitez pas à checker sur vos applications !

En définitive, jolie découverte pour ce restaurant italien qui est parfait pour déjeuner ou une grosse faim en livraison. N’hésitez pas à tester et nous dire ce que vous en avez pensé !

Photos ©KikiAParis

A Faire
En famille, en couple, entre amis
Les +
Les prix très avantageux, vraies saveurs italiennes 
Les -
Ambiance un peu froide le soir car très éclairé
Adresse
15 Rue Guy Môquet, 75017 Paris
Horaires
Ouvert tous les jours, pour les services du midi et du soir sauf le lundi (midi uniquement) et le dimanche (fermé) 
Prix
Plats à 12€ en moyenne, desserts à 5€, menu à 15€.

Bons plans à parisCulture

On dirait ton père : entre drame et comédie

posted by Justine Bonnel 7 avril 2019 0 comments

On dirait ton père est une comédie déroutante sur le poids des bagages familiaux… vous savez, ces grosses valises qu’on traîne tous… !

Une mise en scène originale

La pièce a été écrite par les deux comédiennes Marion Pouvreau et Camille Broquet. Elles se sont inspirées de leurs histoires personnelles pour écrire une pièce à la fois drôle et touchante. Les deux amies trentenaires sont parties d’un fait avéré : les parents conditionnent la vie de leur enfant toute leur vie ! Parfois, on se dit que l’on aurait dû prendre telle ou telle décision et que cela ne s’est pas fait car nous avons suivi l’avis de nos parents. Tout le monde s’est au moins fait une fois cette remarque dans sa vie, non ?

Une histoire vraie et touchante

Léa, Zoé et Ted ont chacun une valise, un bagage, une hérédité ; ils grandissent, subissent des événements plus ou moins compliqués. Léa doit faire face à un père froid qui l’appelle au quotidien Léo car il rêvait d’avoir un fils. Zoé est témoin du divorce de ses parents et Ted quant à lui doit écouter les discours machistes de son père. Et pourtant un jour ça y est ! Chacun d’entre eux décide de se rebeller et d’aller à l’encontre de leurs parents.

on-dirait-ton-pere-2

Notre avis

On se laisse très facilement embarquer par ces trois personnages et leurs familles aussi touchantes que drôles. Le côté intimiste du théâtre accentue la sensation de proximité avec ces trois familles. On s’identifie forcément à l’une d’elles !

Une pièce qui donne à réfléchir et qui nous donne nous aussi envie d’envoyer valser certaines choses qui nous déplaisent dans notre quotidien.

 

A Faire
Entre amis, en famille
Les +
Mise en scène originale mêlant à la fois tendresse et humour
Les -
Le confort des sièges
Adresse
La Comédie des 3 Bornes dans le XIe arrondissement de Paris
Horaires
Tous les jeudis à 21h30 jusqu’à la fin du mois de mai
Prix
12,95 € la place sur le site Billetreduc.com