Author

Flavie Garnier

Bons plans à parisGastronomie

Au P’tit Curieux : l’amour de l’Art et de la Cuisine

posted by Flavie Garnier 17 février 2022 0 comments

Férus de musique et de gastronomie franco-italienne ? Nous vous invitions au coeur du 10ème arrondissement pour découvrir Au P’tit Curieux, restaurant à l’ambiance raffinée alliant amour de l’Art et de la Cuisine.

Au P’tit Curieux : Curieux endroit

Poussez la porte du 27 rue de Sambre-et-Meuse et vous ne serez plus à Paris.

Ou plutôt si, car l’ambiance de ce restaurant est très « Classique Paris Bourgeois » dans son raffinement et sa présentation sur le site internet qui commence ainsi : vous rêvez d’un endroit où régaler vos papilles, abreuver votre amour de la rencontre et chatouiller votre âme mélomane ? Au P’tit Curieux vous ouvre les portes d’un restaurant bistronomique aux saveurs relevées de l’invention, de l’étonnement et de la conversation. Le ton est donné.

Mais je voulais dire par là qu’en entrant dans ce restaurant, une parenthèse temporelle s’ouvre. Loin du métro et de l’agitation du Boulevard de la Villette.

Que ce soit pour un rendez-vous amoureux, une occasion à fêter ou un repas d’affaires, on se laisse emporter avec plaisir dans l’univers d’Au P’tit Curieux le temps d’une soirée.

Curiosité dans l’assiette ?

Et bien non, pas de grande curiosité, la carte mise sur une cuisine simple mais exigeante et distinguée, à la présentation gracieuse.

En entrées : Velouté de lentilles corail au gingembre, cône de Saint-Marcellin (12€) / Poêlée de champignons des bois et son oeuf parfait bio, émulsion de cèpes (14€).

En plats : Pavé de Saumon d’Ecosse « label rouge » à l’unilatéral, écrasé de pommes de terre, éclats de châtaignes, huile de noisette (25€) / Magret de canard du Sud-Ouest rôti, sauce au miel, mousseline de carotte, roquette (24€).

En dessert à partager : Sphère duo de chocolat, crème pralinée, coeur framboise (12€)

Les plats étaient aussi bons que leur intitulé et les photos le laissent imaginer. Cependant la promesse précitée « d’un restaurant bistronomique aux saveurs relevées de l’invention, de l’étonnement » nous créée une légère frustration car on ne peut pas parler de découverte de saveurs.

Nous avons passés un super moment, qui s’est prolongé par une conversation des plus intrigante avec Selim Ben Amor, gérant emblématique et mélomane à la tête de cette maison culinaire.

Nous aurions aimé échanger et l’entendre parler plus longtemps, écouter ce qu’il avait à nous raconter sur sa vie, sa passion pour la musique et ses envies d’ouvrir un nouveau restaurant (malheureusement pas à Paris), mais le temps était déjà passé si vite qu’il était l’heure de retrouver le métro.

Nous avons tout de même eu le temps de découvrir les cuisines du restaurant grâce à Selim qui nous en a fait faire la visite, et avons pu constater sa propreté, son organisation et la fraîcheur des produits retrouvés dans nos assiettes.

Une adresse dont on se rappellera !


Photos ©KikiAParis

A Faire
Pour une occasion, un rendez-vous amoureux, un repas d’affaires
Les +
La présentation des plats, le cadre
Les -
On pourrait s’attendre à une cuisine plus surprenante
Ambiance
Raffinée
Adresse
27 rue de Sambre-et-Meuse, 75010 Paris
Horaires
Du Lundi au Dimanche de 12h à 14h et de 18h à 00h
Prix
voir cartes en photo
Bons plans à parisGastronomie

L’Atelier Dürüm : cuisine kurde délicieuse à petits prix

posted by Flavie Garnier 17 janvier 2022 0 comments

Super nouvelle adresse découverte : l’Atelier Dürüm est une affaire de famille où l’on déguste de délicieux dürüm et lahmacun comme en Turquie ! Direction rue de Clignancourt dans le 18eme, pour un très bon repas à petits prix.

L’atelier de l’Atelier Dürüm

Kebab pendant 20 ans et transformé depuis 3 mois, L’Atelier Dürüm est né du désir de Gokhan Emin et Yeliz, frère et soeur, de changer de concept pour revenir à la base : revenir au vrai dürüm turc qui se suffit à lui même sans avoir besoin de frite pour l’accompagner.

Le dürüm est un sandwich enroulé comme un pain pita.

Ici, au 41 rue de Clignancourt, nous sommes donc dans une affaire de famille.

Que du 100% maison, avec de la viande d’origine française, des produits commandés la veille pour le lendemain et des épices importés directement de Turquie.

L’originalité de l’Atelier Dürüm réside également dans sa cuisine ouverte : on peut observer et suivre chaque étape de la préparation de notre repas, réalisée devant nos yeux !

Pendant que la viande cuit, le pain est mis au four, puis les condiments sont ajoutés : salade, tomate, oignons, roquette, persil et viande au choix.

Le tout à de petits prix, 7,50 ou 8€ le dürüm !

Les Dürüm de l’Atelier Dürüm

Tadaaam voici le Lahmacun (pizza kurde) en entrée : boeuf et agneau hachés avec des épices et des aromates.

Suivi de nos dürüm : nous avons gouté celui au poulet fermier et celui au boeuf haché. Un vrai régal.

Chaque viande a une marinade mais aucune sauce n’est ajoutée dans les dürüm donc impossible de tricher sur la qualité de la viande : elle est délicieuse et ça se sent.

Des versions veganes et végétariennes existent : le dürüm vegan est servi dans une pâte de boulgour avec plusieurs épices qui est ensuite malaxée. Nous y avons gouté et c’est très très bon mais trop épicé pour que je puisse en manger un entier, fragile que je suis…

Mention spéciale à ce dessert : baklava (cheveux d’ange, mozzarella, pistache, sirop de sucre et crème fraîche turque).

Trop bon.

Accompagnez votre repas d’un thé et d’un lait ayran fait maison, qui s’apparente à du yaourt salé, et vous passerez un aussi bon moment que nous.

Avec une trentaine de places à l’intérieur et une trentaine en terrasse, l’Atelier Dürüm n’attend plus que vous ! Surtout avec l’arrivée des soupes turques cet hiver…

Et au fait, ils sont également sur Deliveroo alors même plus besoin de vous déplacer pour découvrir cet Atelier que l’on a beaucoup apprécié !

À vos commandes !


Photos ©KikiAParis

A Faire
Entre amis
Les +
La cuisine ouverte, la qualité des produits
Les -
Le quartier, restez vigilants à vos affaires en terrasse
Ambiance
Décontractée
Adresse
41 rue de Clignancourt, 75018 Paris
Horaires
Mardi au Samedi de 12h30 à 14h30 et de 18h à 23h
Prix
voir cartes en photo
Bons plans à parisGastronomie

Coup de foudre pour TO restaurant : fusion franco-japonaise bistronomique

posted by Flavie Garnier 23 décembre 2021 0 comments

Si TO restaurant se présente comme un restaurant bistronomique à la cuisine fusion franco-japonaise, nous pouvons témoigner que celui-ci mériterait l’appellation « gastronomique ». Je pense n’avoir jamais aussi bien mangé et, à l’approche des fêtes, je trouve que ce restaurant est une excellente idée de cadeau pour partager un moment d’exception avec quelqu’un que l’on aime.

L’expérience TO Restaurant

Lorsque je dis « avec quelqu’un qu’on aime », je le pense vraiment car, le soir, le repas est une réelle expérience de dégustation en plusieurs étapes (6 ou 8) et n’est donc pas fait pour être expédié en 1h.

En franchissant la porte de TO Restaurant (ce qui est un jeu de mot car TO signifie « porte » en japonais), nous nous sommes laissés emporter dans une expérience gastronomique de plusieurs heures délicieuses.

Si TO restaurant porte ce nom, c’est en rapport avec l’importance primordiale portée par les japonais au sens de l’accueil.

Il est vrai que nous avons été extrêmement bien reçu et, pour cela, je souhaite remercier toute l’équipe et plus particulièrement Dimitri, notre serveur ce soir là, qui était d’une grande sympathie et qui nous a accompagné à merveille dans notre dégustation.

Ouvert depuis 2020, l’adresse propose les plats à la carte ainsi que les menus dégustations le midi et uniquement les menus dégustations le soir.

L’expérience dégustation en 8 étapes avec accord mets et vin « Prestige »

Preuve de l’incroyable accueil que nous a réservé TO restaurant : nous avons eu le droit au menu dégustation en 8 étapes, option wagyu pour le plat, avec l’accord mets et vin « Prestige ».

Pour traduire cela signifiait : 1 amuse-bouche, 3 entrées, 1 plat à base de poisson, 1 plat à base de viande et 2 desserts. Le tout accompagné de 5 verres de vins et/ou sakés.

Êtes-vous prêts à avoir la description détaillée de ce repas aux plats tous plus élaborés et raffinés les uns que les autres ?

L’amuse Bouche

Brioche toastée avec pour accompagnement une mousse de foie de volaille et d’avocat, espuma de tomate avec pignons de pain, parmesan râpé, pousse de cerfeuil, menthe fraîche et estragon, et une petite tuile de riz plantée sur le côté.

Pour l’accompagnement Mets et Vin Prestige : keigetsu jaune qui est un classique saké japonais pétillant fermenté à basse température mais on aura utilisé un riz poli à 50%.

Il faut savoir qu’au moment de la fermentation du saké : plus le riz est poli plus la fermentation fait ressortir le côté floral du saké.

L’Entrée n°1

Pour la première entrée : un velouté de panais chaud avec en accompagnement à l’intérieur un foie gras mi cuit au miso et de la châtaigne torréfiée. Sur le dessus : une feuille de chou kale et un crouton de pain d’épice.

Pour accompagner les entrées, nous avons eu le droit à un shouchikubai tokobetsu classique junmai qui est un classique saké japonais qui a été fermenté à basse température et on aura utilisé un riz poli à 60%.

L’Entrée n°2

Pour la deuxième entrée : un ceviche de poisson composé de thon rouge, sériel et daurade royale. Le tout mariné avec une sauce yuzu et miel. Sur le dessus on retrouve des pousses de shiso pourpre, coriandre japonaise et radis rouge. Une crème épaisse à base d’ail frit et deux petites réductions : les rouges vifs sont un piment de pequillos et les transparentes : sirop de Sakura – fleur de cerisier

L’Entrée n°3

Pour la troisième entrée : temaki de bar avec une base de riz sushi Meshi qui est le riz qu’on utilise expressément au Japon pour faire des sushis. Le tout a été mariné avec de la vinaigrette ainsi que des épices de sumac.

On retrouve un bar qui a été préparé avec un procédé de maturation à la japonaise, comme tous les poissons préparés chez TO restaurant, qui s’appelle le chi nashi (pardonnez-moi pour l’orthographe si elle n’est pas la bonne), qui veut dire en français « sans le sang ». On va se débarrasser de tout le sang du poisson pour changer la nature même de la chair de celui-ci.

Sur le dessus on va avoir des pousses d’amarantes avec des oeufs de Ikoula : des oeufs de poissons séchés. On a une sauce aux jaunes d’oeuf et le tout a été snacké à la flamme.

On peut le manger à la fourchette / couteau ou enroulé dans la feuille d’algue et le manger à la manière d’un temaki.

Le Plat à base de poisson

Pour accompagner le poisson : un chablis premier cru des domaines de Louis Moreau des fourneaux, un bourgogne donc. C’est un vin minéral qui se marie parfaitement avec le poisson.

Pour le poisson du menu : un cabillaud mariné au mirin qui est un saké sucré, puis au soja, le tout cuit à basse température pendant toute une nuit pour que tout puisse bien imprégner la chair du poisson. En accompagnement, des fines lamelles de courgettes vertes ainsi que de pak choi qui est un chou shanghaien. Nous retrouvons également des petites lamelles de pastrami de boeuf pour la subtilité terre et mer. En guise de sauce : un consommé de volaille avec de l’huile de ciboulette et on aura gratté de la poutargue (oeufs de poisson séchés et salés) autour de l’assiette.

Le Plat à base de viande

Pour accompagner la viande : un gros Hermitage du domaine des Jalets de Paul Jaboulet-Aîné qui est un Côte du Rhône charpenté mais pas trop non plus pour que ça aille bien avec la viande.

Pour la viande du menu : un wagyu qui aura été mijoté avec un jus de viande beurre noisette cuit à basse température puis snacké à la poêle à la dernière minute. En accompagnement nous avions sur le dessus des feuilles de moutarde et sur le dessous quatre variétés de champignons (shiitakés, shimeji blancs, cèpe japonais et champignons de Paris pour le côté franco-japonais). Mousseline de chou fleur pour la sauce blanche et jus vert de cresson pour la sauce verte.

Le wagyu aura été sélectionné de chez Miyazaki dans le sud profond du Japon car ce sont les derniers à avoir remportés la palme d’or des jeux olympiques des Wagyu en 2017.

Le Dessert n°1

Pour l’avant-dessert : base de panacotta avec en accompagnement un filet de Kuro Sato qui est du sucre noir raffiné. On a également de la praline avec un crumble chocolat noisette et une glace au sésame noir.

Pour accompagner les desserts : un gewutztraminer, un vin d’Alsace légèrement sucré.

Le Dessert n°2

Pour conclure : petit dessert exotique avec une base d’ananas rôti et une brunoise de mangue fruit de la passion. Quenelle de glace au yuzu, l’agrume japonais, et un petit biscuit citron vert, coriandre, yuzu, macaron et sabayon, et un crumble au beurre.

Le mot de la fin sur cette expérience

Si vous êtes arrivés jusqu’ici c’est sans doute que ces descriptions vous auront mis l’eau à la bouche.

Et j’en suis ravie, car TO restaurant est un coup de coeur auquel je rêve de retourner.

Chapeau bas au chef Ryo Miyasaki, fraîchement arrivé du Japon et que l’on espère garder bien au chaud dans ce restaurant parisien faisant désormais partie de nos préférés.


Photos ©KikiAParis

A Faire
En couple, en date
Les +
Absolument tout
Les -
Absolument rien
Ambiance
Bistronomique, feutrée
Adresse
34 Rue Beaurepaire, 75010 Paris
Horaires
7j/7 de 12h à 14h30 et de 19h à 22h30
Prix
voir cartes en photo
Bons plans à parisGastronomie

La Vague des Batignolles : le comptoir marin branché

posted by Flavie Garnier 21 décembre 2021 0 comments

Manger dans un ancien kebab transformé en comptoir marin et bar à cocktails, ça vous dit ? Nous, ça nous a dit. On s’est donc rendu aux Batignolles pour manger des fruits de mer chez La Vague des Batignolles, on vous raconte pour vous en donner une vague idée.

La Vague des Batignolles : le lieu

Loin de l’ambiance un peu bobo chic à laquelle on pourrait s’attendre lorsqu’on veut aller manger des huîtres à Paris, La Vague des Batignolles est un petit resto intimiste aux néons bleus et roses qui modernise et rend accessible le fait d’aller manger des fruits de mer. Le côté marin est rendu branché.

L’ambiance est à la cool, on mange à l’intérieur ou en terrasse, à table ou sur des tabourets hauts dont les tables sont des tonneaux.

Cette atmosphère est renforcée par le duo formé par Anthony et Marvin, très cool, très souriants, très drôles.

C’était la volonté d’Anthony : créer un petit restaurant où on est en proximité avec le personnel et dépoussiérer les fruits de mer. C’est chose faîte.

La Vague des Batignolles : le repas

La carte propose des produits de la mer mais aussi de la terre.

Nous venions pour le côté marin, donc il va falloir revenir pour goûter au reste !

Au menu pour nous ce soir là : huîtres normandes n°3 fines de claire + bulots & mayo paprika fumé maison + friture d’éperlans rôtie au paprika fumé, huile d’olive et mayo spicy + salade de couteaux en persillade !

Les huîtres et bulots viennent de normandie et c’est un régal.

Et les couteaux… Miam.

On vous recommande chaudement le brownie Picasso éclats de noix et noisettes, caramel beurre salé et glace stracciatella en dessert. De la pure gourmandise, l’association chocolat / caramel beurre salé marche à tous les coups.

La Vague des Batignolles : on vaguide !

Alors, cette vague idée a vaguidé votre envie d’y aller ? (J’abuse peut être un peu des jeux de mots…)

En tout cas nous on a aimé l’adresse et on espère vous y voir !

Bonnes huîtres 🦪


Photos ©KikiAParis

A Faire
Entre amis, en couple, en date
Les +
L’ambiance
Les -
?
Ambiance
Cool et branchée
Adresse
92 rue la Condamine, 75017 Paris
Horaires
Mardi au Samedi de 12h30 à 14h30 et de 18h à 23h
Prix
voir cartes en photo

Bons plans à parisGastronomie

Laïa Restaurant : jardin caché et cuisine latine méditerranéenne au charbon de bois

posted by Flavie Garnier 14 décembre 2021 0 comments

Au fond d’une cour du 11eme arrondissement se trouve un restaurant caché dont le jardin et la cuisine latine méditerranéenne au charbon de bois nous transportent hors de Paris, à Paris. Laïa Restaurant. L’adresse qui nous offre un moment succulent d’évasion tant par le cadre que par les assiettes.

Laïa et son Jardin Caché

Par un beau dimanche d’octobre ensoleillé, nous avons découvert le 226 Boulevard Voltaire.

Ou du moins, le restaurant caché au fond de sa cour, Laïa Restaurant, ouvrant sur une véranda et un jardin magnifique, baignés de soleil.

Le restaurant propose différents espaces où s’installer, tous décorés avec goût : le bar, l’intérieur, la véranda et le jardin (dans lequel nous avons déjeuné).

Nous y avons passé un si agréable moment, nous sentant en vacances dans le sud de la France, en Espagne, en Italie ou encore en Corse, que nous avons passé l’après-midi chez Laïa Restaurant en arrivant à 13h et repartant à 16h passé…

En plus de son jardin, Laïa Restaurant possède un potager collaboratif de 200m2 sur le toit où poussent herbes, aromates et légumes que l’on retrouve bien sûr dans nos assiettes.

Laïa et sa Cuisine latine méditerranéenne au charbon de bois

Nous avons été accompagné tout au long de notre repas par Pierre, directeur adjoint du restaurant extrêmement sympathique et souriant.

Celui-ci nous a expliqué en détail l’ardoise et nous a conseillé à merveille !

Il nous a été trèèès difficile de faire un choix tant tout était alléchant.

Nous n’avons donc pas gouté au mojama de thon qui nous faisait de l’oeil, entrée pour laquelle le poisson est mis en maturation 20 à 30j dans du sel et de la graine de fenouil, raffermissant la chair et lui donnant une ressemblance avec de la charcuterie…

… ni au crudo de daurade pour lequel la maturation est moins longue (5 à 6j) dans une marinade de citron et assaisonné d’ail noir et d’aliveche (qui s’apparente au fenouil en terme de goût)…

… ni à tous ces autres intitulés qui nous faisaient rêver ! Il fallait bien faire un choix, et il fut le suivant :

Le chorizo de mer, sauce vierge et les Espatadas de poulet, citronnelle et paprika en entrées.

Le poulpe à la braise, brocolis, anchois, pickles et Spaghetti Chitarra, carpaccio de saint-jacques, pesto de silicone et zest d’agrumes en plats.

Le Tirami Choco et les Figues, grenade, yaourt maison en desserts.

Comment expliquer autrement qu’en disant que tout était absolument délicieux ? Une cuisine et des saveurs innovantes, créatives et surprenantes.

Les entrées sont préparées selon la méthode de cuisson japonaise robata, méthode authentique semblable à celle du barbecue, dans laquelle les aliments sont cuits à des vitesses variables.

Quant au tirami choco et son coeur au caramel beurre salé, j’ai trouvé de la concurrence face à celui de ma mère !

L’endroit vous est recommandé et re re recommandé. Si vous pouvez même nous emmener avec vous, on y retournerait avec grand plaisir !


Photos ©KikiAParis

A Faire
Entre amis, en famille
Les +
Absolument tout
Les -
?
Ambiance
Vacances loin de Paris
Adresse
226 Boulevard Voltaire, 75011 Paris
Horaires
Du Mardi au Samedi de 10h à minuit
Prix
voir ardoise en photo

ActivitéBons plans à paris

« Une Histoire d’Amour » d’Alexis Michalik : l’histoire de notre amour pour cette pièce de théâtre

posted by Flavie Garnier 12 novembre 2021 0 comments

Je devais aller voir « Une Histoire d’Amour » en mars 2020. Je devais aller voir « Une Histoire d’Amour » en novembre 2020. Nous voici en octobre 2021 et cette fois c’est la bonne, plus de confinement pour m’empêcher de me rendre à La Scala assister à la chamboulante pièce d’Alexis Michalik. Je vous parle de mon amour pour cette histoire juste en dessous.

Que raconte cette Histoire ?

« Katia et Justine tombent amoureuses, un amour de conte de fée. Justine veut un enfant. Katia, trop souvent blessée par la vie, finit par accepter qu’elles tentent toutes les deux une insémination artificielle. Katia tombe enceinte, mais quelques jours avant la naissance de leur enfant, Justine disparaît… Douze ans plus tard, Katia va mourir. Elle va devoir trouver un tuteur pour sa fille, Jeanne. Sa seule option : son frère, William, écrivain cynique, qu’elle n’a pas vu depuis cinq ans. »

« Une Histoire d’amour » est en réalité une histoire d’amours au pluriel. L’amour amoureux, maternel, fraternel. Plusieurs amours se jouent devant nos yeux, avec une question centrale : comment l’amour peut-il finir ?

C’est le propre d’une histoire, il y a un début et une fin. Alexis Michalik, derrière la simplicité d’un titre, « Une Histoire d’Amour », nous invite à vivre la complexité de la fin des amours.

Entre la perte, le deuil et l’abandon, nous suivons des personnages profondément et intensément vivants. Des personnages qui se battent contre la mort en vivant puissamment : ils se débattent, ils crient, ils pleurent, ils se prennent dans les bras. Ils s’aiment.

Le tout évoluant dans une mise en scène digne d’Alexis Michalik : agile. En quelques secondes et un changement de décor, toujours en accéléré, on est transporté d’une scène à l’autre avec une habileté et fluidité remarquables.

La magie d’Alexis Michalik, au delà de sa mise en scène, réside dans son écriture des répliques. Il s’empare de nos sentiments en créant des personnages à notre image dont les dialogues et tourments résonnent en nous. Nous sommes là, sur scène, avec eux. Nous pleurons.

Mais nous rions aussi ! Car c’est là la force des répliques, elles sont toujours enrobées d’humour.

Que seraient ces répliques sans ses acteurs pour les incarner ?

Le soir où nous avons assisté à la pièce, la distribution était la suivante : Stéphanie Caillol dans le rôle de Justine,  Julia Le Faou dans le rôle de Katia, Lila Fernandez dans le rôle de Jeanne, Alexia Giordano dans le rôle de Claire et Paul Lapierre dans le rôle de William. Cela ne correspond pas aux photos de cet article, n’étant bien sûr pas autorisée à prendre de photos pendant la représentation.

Leurs tons sont justes, leur rôle leur colle à la peau, nous les avons tous trouvés formidables. Maîtrisant à la fois le jeu, la danse et le chant. Car oui, le travail sonore dans cette pièce est notable car il participe à nous plonger dans l’Histoire et il le fait à merveille. La danse est également importante, mais je n’en dis pas plus à part qu’elle offre une toute autre dimension poétique à l’histoire…

Les pièces d’Alexis Michalik, là est notre vraie Histoire d’Amour !

Pour les amateurs de théâtre, inutile de présenter Alexis Michalik. Cet acteur, dramaturge, metteur en scène, scénariste et écrivain aimé par le succès.

Tout d’abord avec Le Porteur d’Histoire, sa première pièce en tant qu’auteur, qui connu un succès inattendu et qui cumule aujourd’hui plus de 2500 représentations et a été jouée dans le monde entier. Puis par les pièces qui ont suivies : Le Cercle des Illusionnistes, Edmond, Intra-Muros et, actuellement, Une Histoire d’Amour.

5 pièces à son actif pour 1 Prix Beaumarchais du Figaro, 1 prix Jeune Théâtre de l’Académie Française et 6 Molières (2 pour ses deux premières pièces en tant qu’Auteur francophone et Metteur en scène de théâtre privé, 3 pour Edmond pour Meilleure pièce, Auteur francophone et Metteur en scène de théâtre privé et 1 pour Une Histoire d’Amour en 2020 pour la mise en scène, AGAIN).

Pour les non-amateurs de théâtre, nous parions que ses pièces vous plairons. Michalik, grâce à son style unique, a l’art de faire apprécier le théâtre à tout le monde.

On vous donne les infos, histoire que vous réserviez pour le week-end prochain ?

« Une Histoire d’Amour » se joue à La Scala jusqu’au 30 novembre 2021 du mardi au dimanche.

Les prix vont de 15€ à 59€.

C’est bon vous savez tout, on a hâte d’avoir vos retours !


Photos ©Alejandro Guerrero / François Fonty

A Faire
Amateurs de théâtre ou non-amateurs que vous souhaitez initier
Les +
Mise en scène, répliques, histoire
Les -
?
Ambiance
Chamboulante, on passe du rire aux larmes
Adresse
La Scala, 13 Boulevard de Strasbourg, 75010 Paris
Horaires
Jusqu’au 30 Novembre 2021, du Mardi au Samedi : 21H et Dimanche : 17H
Prix
voir photo
Bons plans à parisGastronomie

Pasticcio : c’était ccio bon

posted by Flavie Garnier 5 octobre 2021 0 comments

Alerte nouvelle adresse italienne ! Alerte passion burrata ! Après Gotti ou Caterina, laissez-moi vous présenter Pasticcio, le tout récent restaurant situé dans les 18 et 11eme arrondissements de Paris.

Pasticcio et son cadriccio

Que j’aime ce quartier, que j’aime cet arrondissement : le 18eme ! C’est au 19 rue Joseph Dijon que nous avons découvert Pasticcio, mais le restaurant vient d’ouvrir une nouvelle enseigne avenue Parmentier, dans le 11eme.

Le quartier est rempli de restaurants aux terrasses animées, c’est très agréable de voir tout ce monde heureux au soleil après les mois covid que nous venons de vivre. La rue va normalement être piétonnisée le week-end, ce qui rendra l’ambiance encore meilleure !

Cette animation environnante va très bien avec l’état d’esprit de Pasticcio qui veut dire « bordel » ou « désordre » en italien : le restaurant revendique sa passion pour l’Italie et la street food en mettant un point d’honneur sur la rapidité du service, l’authenticité de sa squadra italienne et son dynamisme.

Pasticcio et ses platiccio

C’est en sirotant un très bon Spritz que nous avons découvert la carte et l’ardoise du restaurant Pasticcio.

Notre passion burrata a été comblée, que ce soit avec l’entrée à partager ou avec notre pizza Mortadelle (pesto de pistache, mascarpone, stracciatella, burrata, mortadella, basilic, HOEV).

Nous avons adoré et vous recommandons le risotto à l’encre de seiche et ses calmars, ce n’est pas dans les spécialités de l’ardoise pour rien !

La sélection des produits est pointilleuse, tout provient d’Italie.

Nous avons passé une super soirée et un super repas chez Pasticcio, les portions font honneur à la générosité que l’on connait des plats italiens ! Si généreux que nous n’avons pas eu la place pour un dessert (aah ce tiramisu qui nous donnait pourtant tant envie) et avons fait une balade digestive jusqu’au Sacré Coeur ! On vous la recommande également 😉

Attention : pas de réservation !


Photos ©KikiAParis

A Faire
Entre amis, entre collègues
Les +
Quartier, sélection pointilleuse de produits, générosité des plats
Les -
?
Ambiance
Animée, terrasse très agréable
Adresse
19 rue Joseph Dijon, 75018 Paris / 107 avenue Parmentier, 75011 Paris / Disponible en livraison et en vente à emporter directement sur le site ou sur deliveroo ou Uber eats
Horaires
7j/7 de11h30 à 14h30 et de 18h30 à 22h30 pour l’adresse du 18eme
Prix
voir cartes en photo

Bons plans à parisGastronomie

Gotti, adresse italienne dans le 17eme

posted by Flavie Garnier 1 février 2021 0 comments

On ne se lassera jamais de la cuisine italienne. Et sûrement pas chez Gotti : adresse italienne proche du parc Monceau où chacun trouvera son bonheur !

Gotti, c’est parti !

  • Entrées : « Tartare Di Branzino »- Tartare de Bar, fenouil, éclats de pistache et basilic, et « Carpaccio Di Polpi Capperi Olio d’Oliva » – Carpaccio de poulpes, câpres et huile d’olive

Joliement présenté, j’ai été très agréablement surprise par le tartare. Une entrée très fraîche mélangeant saveurs et textures.

Un carpaccio riche en goût et en finesse !

  • Plats : « Linguine Al Tartufo » – Linguine à la truffe noire et « Tonno in Padella con Caponata » – Thon aller/retour, caponata « ratatouille sicilienne »

Je ne m’étais jamais laissée tenter par des pâtes aux truffes, c’était une première et je comprends que tout le monde en parle ! Bien que je trouve ça un peu écoeurant au bout d’un moment, je reconnais que c’est délicieux. C’est un plat très généreux !

Parfaitement assaisonné, c’était très bon. La ratatouille est un parfait accompagnement.

  • Desserts : « Millefoglie Alla Pera con Mascarpone » – Mille-Feuilles poire, mousse de mascarpone, caramel et éclats de pistache et Glaces artisanales : 1 boule Vanille Bio et 1 Noisette Caramélisée.

Encore une fois, une très belle présentation ! La poire et le caramel, mmh délicieux !

Très bonnes également 🙂

Gotti, notre avis

Nous avons très bien mangé, rien à redire sur les plats ! Le service était également parfait, notre serveuse Lamia était d’une gentillesse et d’une attention folle.

Apparemment calme habituellement, l’ambiance était à la fête le soir où nous étions là : un jeudi, le jour des soirées étudiantes. Cela n’était pas dérangeant, ce qui l’était c’était les deux agents immobiliers aux remarques sexistes à la table d’à côté… Ce qui était insupportable pendant notre repas mais Gotti n’y peut évidemment rien !

Nous recommandons l’adresse, bien que les prix soient un peu élevés.

Photos ©KikiAParis

A Faire
Entre amis, entre collègues
Les +
Serveuse d’une grande gentillesse  
Les -
Clientèle, du moins ce soir là  
Adresse
48 Rue de Prony, 75017 Paris
Horaires
7j/7 de 12h à 14h15 et de 19h à 22h15 avec serice continu pour la boisson
Prix
Voir carte en photos €€
Bons plans à parisGastronomie

Bensaï : cuisine fusion thaïe et japonaise

posted by Flavie Garnier 1 février 2021 0 comments

Après vous avoir parlé de cuisine thaï et de cuisine japonaise, direction le 8ème arrondissement pour découvrir Bensaï, une adresse raffinée pour une cuisine qui fusionne les deux. Je l’ai personnellement élue meilleure adresse de makis de tous les restos que j’ai pu tester à Paris !

Bensaï, adresse raffinée

Ce soir, nous ne dînons pas dans un énième restaurant asiatique, proposant la même carte et la même ambiance que tous les autres !

Non, ici le cadre est différent.

Après avoir été accueillis, on nous guide le long d’un couloir pour arriver dans une salle privée, coupée de Paris, dans une ambiance tamisée où les tables sont éclairées à la bougie.

L’adresse est chic mais sympathique ! Les clients sont bien habillés et les serveuses sont très classes, toutes en noir, et très souriantes ! Le service a été irréprochable.

Bensaï, côté plats

Vous trouverez le détail du menu ici.
De notre côté voici nos choix pour ce délicieux dîner :

Entrée : Une soupe Miso

Cette soupe a fait sensation auprès de mon accompagnateur, qui n’aime pas ça habituellement. Chez Bensaï, il m’a demandé s’il pouvait la finir ! Il a trouvé le tofu vraiment bon par rapport aux autres soupes miso qu’il a pu goûter.

Plats :

  • Kaï Kop (poulet croustillant , petite salade thaï, graines de sésame, sauce thaï)
  • California signature : Deang (cheese, framboise, mangue, sauce spicy, saumon, ciboulette), Venise (boeuf tataki, mozzarella, pousse d’épinard, cheese, concombre, décoré zeste de citron piment japonais), Tiger Crevette (recouvert de saumon tataki, avocat et tobikko, garnit de crevette, avocat et sauce spicy)
  • Sashimi Saumon

Y a-t-il vraiment besoin d’écrire à quel point ces californias signatures étaient délicieux ? La lecture seule de leur composition parle pour nous.

Aucun doute, ici, ils se prennent la tête pour proposer de vrais bons plats originaux et innovants avec pour preuve les 20 californias signatures, aux recettes toutes plus alléchantes les unes que les autres.

Le Deang est élu meilleur maki que j’ai mangé de ma vie ! Tous les amateurs de sucré salé l’adoreront. La framboise dans un maki : très bonne idée !

Le Venise était très frais avec une touche d’acidité. C’était la première fois que je goûtais un maki avec de la viande et de la mozzarella, vraie réussite, c’est très original !

La tendresse du saumon des sashimis est également à souligner.

Notre commande a essentiellement été du côté de la carte japonaise car les californias étaient bien trop attirants, mais nous avons tout de même gouté au Kaï Kop : un bon plat, la sauce thaï accompagne bien le poulet.

Desserts :

  • Riz Gluant Coco Mangue
  • Perle de Japon au lait de coco, banane

Deux bons dessert sucrés, au goût réconfortant.

Je veux le second pour mes goûters ! Les graines de tapioca sont très agréables en bouche, la banane apporte la douceur et la menthe la fraîcheur.

Pour accompagner touuuut ce succulent repas, on vous conseille vivement un thé au jasmin.

Bensaï, on veut déjà y retourner

Vous l’aurez compris, l’adresse est fortement validée et conseillée !

©Photos : KikiAParis

A Faire
Entre amoureux, entre amis
Les +
L’originalité de la carte  
Les -
La faible lumière car on arrive pas à prendre de belles photos, mais ce n’est pas un vrai problème :p  
Adresse
161 rue du faubourg saint Honoré, 75008 Paris
Horaires
Lundi au vendredi : de 11h30 à 15h et de 18h30 à 22h30
Samedi : de 18h à 22h30
Prix
En moyenne 15€ le plat
Bons plans à parisGastronomie

Neko Ramen : Cuisinier diplômé de la meilleure Ecole de ramen du Japon

posted by Flavie Garnier 12 décembre 2020 0 comments

Le Ramen est LE plat que j’attendais durant tout le confinement ! Ma patience a été récompensée par Neko Ramen, cette adresse authentique, pas chère et dans un super cadre ! Tandis que les restaurants sont fermés, Neko Ramen lui reste ouvert en livraison et à emporter. Nous avons eu la chance de tester le restaurant juste avant la fermeture des restaurants, et aussi durant le confinement. On vous en parle tout de suite.

L’histoire de Neko Ramen

Toute jeune adresse, Neko Ramen a ouvert le 17 Janvier – coucou les grèves puis le coronavirus ! Il est donc important de parler de ce restaurant.

Sedrik Allani, le cuisinier, a vécu à Tokyo où il a fait une Ecole de Cuisine réputée pour être la meilleure école de ramen du Japon, rien que ça !

Il est désormais de retour en France et souhaite faire découvrir aux parisiens une cuisine japonaise authentique et légère en luttant contre les 2 problèmes de la cuisine japonaise à Paris :

1) Tout le monde pense que cela se résume aux sushis

2) Les bons restaurants japonais sont très chers alors qu’au Japon on peut véritablement manger pour pas cher.

Et par dessus tout, il met un point d’honneur à ce que le client soit servi avec le sourire, que le service soit ultra rapide et que les serveurs, serveuses soient aux petits soins avec la clientèle !

Le Cadre

Lors de votre venue, vous aurez le choix entre 2 terrasses ou l’intérieur à 2 étages.

Vous pourrez apercevoir une fresque au fond du restaurant où l’on remarque des chats car « Neko » signifie « chat » en japonais, en l’honneur des 4 chats de Sedrik Allani.

NOS RAMENNNNNNS

Nous venions pour les ramens, mais d’autres plats sont également proposés.

Les produits frais sont à 95% Bio, fermiers et local. Et pour le reste, ça vient directement du Japon !

Comme promis, le service fût extrêmement rapide et tout est servi en même temps !

Entrées : Soupe Miso et Karaage – poulet frit mariné

Pour la soupe Miso, ils utilisent du miso blanc pour sa douceur et du miso rouge pour son goût prononcé. Le poulet frit japonais est mariné au soja et au gingembre pendant 6 heures et est très très croustillant.

Plats : Shio Ramen – Bouillon de Poulet et Tonkotsu Ramen – Bouillon de Porc accompagné de 3 Gyozas en forme de rose

Pour le Shio ramen : bouillon de poulet délicat, léger et pas du tout gras. Avec 3 tranches de suprême de poulet mariné, des herbes fraîches et de l’huile de sésame noir. (Nous avons pris un supplément poulet)

Pour le Tonkotsu Ramen : Riche bouillon de porc mijoté pendant 26h pour révéler toute sa saveur. Avec 2 tranches de porc braisé, du persil plat, du poireau ciselé, du potiron japonais, des tranches de bambous marinées et de l’huile de sésame noir.

Pour les Gyozas aux légumes : faits maison, très croustillants, vegan et sans gluten, servis avec une sauce au Yuzu.

Desserts : Mochis au Thé vert, à la fleur de cerisier, au sésame noir et Cookie Matcha de Mahaut (jeune franco-japonaise de la team dont c’est la recette)

Depuis que je me suis réconciliée avec les Mochis chez Kuma, j’en commande avec plaisir ! Si grand plaisir que j’ai goûté tous ceux à la carte ! Mon préféré reste encore et toujours celui au sésame noir !

Le cookie matcha était très bon, très original ! Merci Mahaut 🙂

Merci à toute l’équipe pour l’accueil et ce bon repas !

©KikiAParis

A Faire
Entre amis, collègues ou en couple
Les +
Service ultra rapide
Les -
Table un peu trop petite pour que tout soit amené en même temps
Ambiance
authentique
Adresse
6 rue de la Grange Batelière, 75009 Paris
Horaires
Du Lundi au Dimanche : 11h-22h
Prix
Voir photos cartes dans l’article