Author

Muriel

Bons plans à parisCulture

On craque pour « En attendant Bojangles » au théâtre de la Renaissance !

posted by Muriel 18 mars 2019 0 comments

Aujourd’hui on vous emmène au théâtre de la Renaissance pour aller voir une pièce qui va peut-être vous chambouler émotionnellement parlant ! Vous allez monter dans les montagnes russes: rire, pleurer, chanter l’air de Nina Simone (Mr Bojangles) qui va vous rester dans la tête en sortant, laissez vous embarquer, on met sa ceinture, allez hop, c’est parti ! 

A l’origine, un livre…

En attendant Bojangles est un roman de Olivier Bourdeaut, qui a eu un grand succès à sa sortie en 2016 et pour cause, c’est un livre magnifique que je vous recommande vivement !

C’est l’histoire d’une folie ambiante, d’une fête perpétuelle improbable pour un couple et leur fils, jusqu’au jour ou la folie risque de l’emporter sur la fête…je n’en dis pas plus…, ce livre est drôle et émouvant à la fois, on en ressort pas indemne, par conséquent, l’adapter au théâtre était plutôt osé et risqué, mais le résultat est plus que convaincant, attention aux âmes sensibles, des larmes risquent de couler ! 🙂 J’ai déjà pleuré au cinéma, mais c’est la première fois que je pleure au théâtre !

L’adaptation au théâtre

La pièce a déjà été jouée l’année dernière à la Pépinière Théâtre, dans le 2e, rue Louis Le Grand. Le succès étant au rendez-vous, la troupe revient, mais au théâtre de la Renaissance, boulevard  St Martin, avec un trio de comédiens incroyables : Julie Delarme dans le rôle de la mère, Didier Brice dans le rôle du père et Victor Boulanger dans le rôle du fils.

Vous avez sûrement déjà vu Julie Delarme dans des séries télévisées ou des films, elle est parfaite dans le rôle de cette mère emportée par cette folie « douce ». Son jeu est subtil, elle réussi à accompagner le texte oralement, mais physiquement aussi, c’est à dire que sa gestuelle scénique apporte un plus, on rit, on pleure et on devient folle avec elle! 🙂

Le père est un personnage plus en recul face à la situation. Il est amoureux fou de sa femme et va tout faire pour que cette fête quotidienne fantaisiste par le comportement de sa femme dure le plus longtemps possible, il est très touchant dans cette retenue.

Quant au fils, il est absolument invraisemblable sur le papier qu’il puisse incarner un enfant d’une dizaine d’années quand on sait son âge réel, mais il réussi une prouesse scénique extraordinaire, tout à fait crédible ! Il est le narrateur de la pièce et en même temps acteur des scènes, à la fois à l’extérieur et à l’intérieur de la pièce, dans le passé et dans le présent, tout est fait dans la mise en scène pour ne pas se perdre le fil, il est incroyable dans le rôle de cet enfant qui ne veut pas, comme son père, arrêter cette fête, il veut rester dans ce tourbillon délirant, tout en prenant conscience de la situation.

Encore une fois, ce n’est pas évident de représenter et d’incarner, sur scène, la fantaisie et la folie sans risquer de tomber dans la caricature, la mise en scène de Victoire Berger-Perrin et l’ensemble des  acteurs, permettent, ici un jeu sans fausses notes!

Que dire de plus à part d’y aller ?! 🙂

 

A Faire
En famille, en couple, entre amis
Les +
De l’humour, de l’émotion, de l’émotion et de l’émotion! 🙂  
Les -
Je n’en vois pas, j’ai été emporté par la pièce, du début à la fin!
Adresse
Théâtre de la Renaissance, 20 Boulevard St Martin, 75010 Paris
Horaires
Du mercredi au samedi à 19.00 et le dimanche à 14.30  
Prix
entre 14 et 42€ suivant la catégorie

 

Bons plans à parisCulture

Et si on allait voir le nouveau spectacle de Nora Hamzawi ?!

posted by Muriel 4 mars 2019 0 comments

16On a vu le one woman show de Nora Hamzawi, alors, alors…?!

Mais qui es-tu Nora?

D’abord, qui est Nora Hamzawi ? Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une humoriste française, également comédienne, actuellement dans le dernier film de Olivier Assayas : « Doubles vies« . Vous pouvez la voir tous les mercredis sur votre petit écran, dans une chronique de l’émission « Quotidien » sur TMC. Elle répond aux questions des enfants et parfois d’adultes de manière évidemment…humoristique, sur des sujets divers et variés que je vous conseille de regarder pour vous rendre compte de son univers.

Le spectacle

La particularité de Nora est de s’emporter sur des soucis du quotidien et tout particulièrement sur le comportement des gens. Dans ce dernier spectacle, elle s’en prend à ces femmes qui arrivent à tout gérer avec facilité, tout « coule » pour ces personnes, malgré plusieurs enfants, un boulot prenant et un conjoint pas très actif à la maison… 🙂 c’est là le fond de son problème: l’incapacité à rester zen dans de multiples situations. En exemple, elle vous parlera de sa grossesse  et tous les tracas que ça peut causer, elle en veut à son mec aussi, mais je n’en dis pas plus…je vous laisse découvrir ce one woman show digne de ce nom, très bien rythmé, on ne voit pas le temps passé, vous passerez un très bon moment !

J’ai bien ri, moi qui ne suit pas ultra fan des one man/woman show, en dehors de Florence Foresti qui est pour moi la déesse du genre ! Je peux dire que Nora Hamzawi s’en sort très bien et elle m’a même fait oublier les sièges inconfortables de cette salle bizarre du théâtre « le République » où vos genoux pourraient transpercer le fauteuil de devant ! Mais comme tout le monde est dans le même cas que vous, il y a une vague humaine qui se met de côté et donc tout va bien ! 🙂

Mais j’aimerai connaître l’architecte tout de même…est-ce qu’il a pensé à l’interêt commun quand il a caler les sièges sur son projet architectural ?? J’attends vos commentaires pour ceux qui connaissent ou ceux qui iront voir le spectacle à la suite de cet article…je l’espère! 😉

Bon spectacle !

A Faire
En famille, entre amis
Les +
Drôle,  bien rythmé et pas long car les plus courtes sont souvent les meilleures ! 😉
Les -
La salle, appelez moi Mr le Directeur ! 🙂
Adresse
Le République, 1 Boulevard St Martin 75003 Paris
Horaires
Du jeudi au vendredi à 19.45, séances à 18.00 le samedi  
Prix
35€ la place

Bons plans à parisGastronomie

Les cafés Joyeux : beaux, bons, vrais !

posted by Muriel 26 février 2019 0 comments

Voici un café pas comme les autres, qui mérite d’être mis en lumière par l’initiative et l’enjeu du lieu : Joyeux !

Il était une fois Joyeux…

Tout à commencer en Bretagne, en 2012Yann et Lydwine Bucaille Lanrezac créent la fondation Emeraude et font construire un catamaran, en vue d’organiser des sorties en mer pour des personnes en marge ou exclus de notre société, comme, par exemple, des personnes ayant un handicap mental.

Lors de ces virées en mer et suite à de nombreuses rencontres, ils réalisent que beaucoup de jeunes en déficience intellectuelle et sortant d’instituts médicaux éducatifs sont souvent en précarité professionnelle. En rentrant d’une de ces excursions, en 2014, un jeune autiste demande à Yann Bucaille s’il n’a pas un job pour lui et ne pouvant lui répondre positivement, le début de l’aventure des cafés Joyeux à commencé.

cafe joyeux restaurant bonne cause handicap lutte paris coup de coeur

1er café et peut-être pas le dernier…

Le couple décide donc de créer des cafés, pour insérer des personnes souffrant de troubles cognitifs ou de handicaps mentaux, comme l’autisme ou la trisomie 21. Les employés sont encadrés par une équipe d’éducateur spécialisés et ont des emplois du temps adaptés.

Le but : prouver, que malgré leurs handicaps, ces personnes ont leur place dans le monde du travail actuel. Ils sont serveurs ou cuisiniers et sont heureux de montrer qu’ils sont utiles et capables, comme les autres.

Un 1er café est crée à Rennes fin 2017, le succès est au rendez-vous, 2 autres sont logiquement inaugurés en 2018, dans la capitale, rue Saint-Augustin et dans le passage Choiseul avec des « guests » de prestige pour l’ouverture, comme Mme Macron ou encore Sandrine Bonnaire, sensibilisée à la cause puisque  sa soeur est autiste.

L’ambiance de ces cafés est évidemment…joyeuse !! 🙂 Des couleurs et un mobilier modernes et attrayants, tous les produits sont faits maison et sur place à des prix doux ! J’ai goûté le cookie et le brownie, ils étaient tous les 2 délicieux. Le site internet n’est pas en reste, avec des petits personnages dessinés rigolos, tout est fait pour aimer ces cafés et y aller, c’est réussi, on y va et on en redemande, on veut d’autres cafés à Paris et ailleurs pour valoriser ces personnes!

cafe joyeux restaurant bonne cause handicap luttecafe joyeux restaurant bonne cause handicap lutte

cafe resto joyeux restaurant bonne cause handicap lutte

 

 

 

 

 

 

L’intégralité des dividendes est reversé à la fondation Emeraude et réutilisée dans d’autres projets de cafés ou d’aides aux personnes exclues.

Alors si vous passez dans le quartier, n’hésitez pas, poussez la porte de ces cafés si Joyeux! 🙂

A Faire
En famille, seul, entre amis, en couple
Les +
Sert une cause !
Les -
Aucun
Adresse
87, Passage Choiseul 75002 pour la vente à emporter et 23, rue Saint-Augustin 75002 pour la restauration sur place
Horaires

Du lundi au vendredi de 09h00 à 15h00, pour le Passage Choiseul et du mardi au samedi pour le 23, rue Saint-Augustin  

Prix
Petit-déjeuner 6.90€ avec une boisson chaude, une viennoiserie et un jus pressé, déjeuner à 10.90€ pour une soupe ou une salade+quiche ou sandwich+eau plate ou pétillante, mais il y a d’autres boissons ou plats proposés.

 

 

 

 

 

Bons plans à parisGastronomie

Direction Belleville pour une extase gustative chez Mensae

posted by Muriel 14 février 2019 0 comments

En quête d’un restaurant gastronomique avec un excellent rapport qualité-prix ? Voilà une adresse à retenir au coeur du 19ème arrondissement de Paris !

Direction Belleville

Prenons le métro et descendons à la station Pyrénées, on remonte la rue de Belleville animée et quelques mètres plus tard, on croise la rue Melingue…calme…qui contraste de suite avec les rues adjacentes très fréquentées, on y va… et on s’arrête au N°23…, on y est ! La belle vitrine du restaurant Mensae s’offre à vous et vous chuchote « rentrez, rentrez donc… »!! 🙂

Le Restaurant Mensae (« table » en latin) a été fondé par 2 ex-top chef et a été repris l’année dernière par le chef Jun-Sik Cho, qui a créé une carte des plus alléchantes pour un rapport qualité-prix imbattable sur Paris ! En effet, vous avez un menu le soir : entrée, plat, dessert à 36€ seulement et ça ne dépasse pas 20€ au déjeuner ! La qualité des assiettes vaut sincèrement plus, donc un conseil, n’y aller pas à l’improviste, réservez (du moins le soir) !

Un lieu chaleureux

Le lieu est chaleureux, boisé, ni trop grand, ni trop petit, avec des tablées conviviales, on se croirait un peu dans la salle à manger d’un ami, avec des livres et des cadres photos disposés, ici et là.  Déjà, ça met en confiance, ça donne envie de s’installer, d’autant plus avec l’accueil du serveur, comme il est parfois rare d’en trouver à Paris, TRES souriant !

Le repas…

Nous y sommes allés à 3, ça tombe bien, il y 3 entrées proposées… Chacun en a pris une différente et on a évidemment pioché dans les assiettes des uns et des autres. Elles sont tellement tentantes que la curiosité des papilles se fait entendre et vous invite à goûter. Verdict ? Les 3 entrées sont toutes bonnes, pas de faux pas, des notes épicées asiatiques mêlées à des saveurs bien de chez nous, on est dans le terroir revisité de très belle manière !

Allez, je vous fais saliver, voici les intitulés des entrées: Saumon d’Ecosse mi-cuit, sauce Tom Kha-Layu, Poêlée d’escargots, champignons, Mousse de persil aillée et enfin Velouté de racines, magret de canard fumé, noix de cajou…on continue ? 🙂

Pour les plats : Filet de pintade fermière rôtie, risoni crémeux et vieille mimolette, Carré de porc ibérique, condiment artichaut et enfin un Blanc de cabillaud confit, aïoli noir…bon là, on a tous craqué pour le porc ibérique, mais on a vu les assiettes des tables voisines, la pintade et le cabillaud semblaient très bons également !

Ah j’oubliais…, nous avons pris un petit vin, vous en avez au verre ou à la bouteille et la cave est parsemée de vins plutôt naturels, de bonne facture pour celui que nous avons goûté : un rioja (vin espagnol).

On arrive aux desserts et là…là…il y a un dessert signature, il ne faut pas passer à côté…on a tous pris un dessert différent, mais il y en a un qui est dans le top de tous les desserts que j’ai pu goûter dans ma vie dans un restaurant…rien que ça ! Il est pourtant tout simple à la base, mais je n’ai qu’une chose à dire, c’est une tuerie ! Rien que pour ça, il faut y aller, il FAUT goûter la mousse au chocolat pralinée !! Ce n’est pas photogénique comme dessert, je ne peux donc vous laisser qu’imaginer, pour info, elle arrive légèrement tiède, comme un fondant…, vous prenez la cuillère et là… explosion en bouche des saveurs pralinées chocolatées, aïe, aïe, aïe, c’est une véritable bombe de dessert !

Bon, pas besoin de vous dire que j’ai aimé ! Allez-y les yeux fermés, c’est un GRAND coup de coeur ! Pour réserver cliquez – ici !

Bon appétit ! 😉

Photos : ©Instagram Mensae 

A Faire
En solo, entre amis, en couple
Les +
Lieu très convivial, service charmant, menu du soir à 36€ seulement (entrée, plat, dessert)
Les -
Je n’en vois pas, allez… pour vraiment dire quelque chose, on a un peu attendu entre le plat et le dessert…
Adresse
23, rue Melingue, 75019 Paris
Horaires
Du mardi au samedi, de 12h15 à 14h30 et de 19h15 à 22h30.

Prix
Menus entre 20 et 36€

 

 

 

 

 

Bons plans à parisCulture

Le Gros Diamant du Prince Ludwig, Molières 2018 de la meilleure comédie !

posted by Muriel 22 janvier 2019 0 comments

Adapté d’une pièce britannique à succès,  The Comedy About A Bank robbery, Le Gros diamant du Prince Ludwig, mis en scène par Gwen Aduh (qui récidive après avoir adapté les Faux British), nous transporte dans l’Amérique des années 50, pour 1h40 de burlesque à la Buster Keaton ou à la Tex Avery, le tout accompagné par une bande son jazzy, en live s’il vous plaît, allez venez je vous emmène ! 🙂

Résultat de recherche d'images pour "le gros diamant du prince ludwig"

Le Pitch

Le pitch : une équipe de bras cassés, composée d’un évadé, sa chérie un peu volage, par ailleurs, fille du directeur de la banque, son amant chapardeur et un autre voyou pas très futé, qui vont tenter d’organiser le vol d’un diamant dans une banque, vont-ils y arriver ?

Voici une pièce au rythme endiablé, drôle, avec une mise en scène ambitieuse incluant de nombreuses cascades, dignes d’un film d’action, qui valent le détour !

Un casting du tonnerre

Le casting dépote, notamment le stagiaire de la banque depuis 36 ans : Warren Slack dans la pièce, Pierre Dumur dans la vraie vie, vraiment excellent ou encore Nicolas Reynaud, déjà présent dans les Faux British, dans le rôle du majordome, qui joue, ici, le rôle du malfrat pas très intelligent ! Les 11 comédiens, membres de la troupe des femmes à barbe, évoluent dans un décor cartoonesque, et enchaînent les situations cocasses, absurdes, pleines de quiproquos, on ne peut s’empêcher de rire, même si l’humour, parfois, est un peu poussif, l’ensemble reste assez irrésistible !

Cela fait maintenant 1 an que la pièce de théâtre se joue à guichets fermés, dans plusieurs théâtres !  A chaque prolongation, la troupe change de lieu et aujourd’hui, vous pourrez la voir au Palace dans le 9e et vous avez jusqu’au 10/03 pour en profiter ! Alors si vous souhaitez passez un bon moment, courrez-y ! 😉

Pour en savoir plus sur Le Gros Diamant du Prince Ludwig,  c’est par ici !

 

A Faire
En famille, entre amis
Les +
Drôle, mise en scène originale, comédiens au top qui assurent le rythme imposé par la pièce !
»Les
Adresse
Le Palace, 8 rue du Faubourg Montmartre 75009 Paris
Horaires
Du jeudi au samedi à 20.30, séances à 17.00 le samedi et le dimanche 
Prix
De 24 à 50€ selon le placement

Bons plans à parisCulture

Exposition : on a adoré l’Asie rêvée au Musée Yves Saint Laurent

posted by Muriel 2 janvier 2019 0 comments

Ouvert en 2017, voici un lieu d’exposition rare et précieux à Paris, puisque nous sommes dans l’antre de l’un des plus grands couturiers français : Mr Yves Saint Laurent.

UN LIEU UNIQUE ET HISTORIQUE !

Pierre Bergé, complice depuis toujours du créateur a voulu lui rendre hommage et poursuivre, un peu plus longtemps, la vie de ce lieu où tant d’événements haute couture se sont déroulés. C’est ici qu’Yves Saint Laurent vivait, recevait, créait. Il existe donc, quand on entre dans ce désormais musée, une magie indescriptible.

Après une rétrospective magnifique sur la vie et l’oeuvre d’YSL, le musée propose sa 1ère exposition temporaire consacrée aux influences asiatiques d’Yves Saint Laurent dans ces différentes collections, l’Asie, région du monde qu’il n’a que très rarement visitée.

DES TRESORS…

Une fois passée la salle d’introduction à l’exposition, très éclairée, avec un lustre majestueux, vous entrez dans une pièce, par une porte coulissante, qui s’ouvre automatiquement à votre passage et là, vous avez l’impression d’être dans un coffre-fort rempli de trésors ! Lumière tamisée, presque sombre, air frais pour préserver les collections, tout le monde se met à chuchoter…le voyage entre la Chine, l’Inde et le Japon commence.

Le Musée Guimet s’est associé à l’exposition, en apportant quelques oeuvres démontrant l’influence asiatique qu’à pu avoir Yves Saint Laurent, pour des objets du quotidien, mais aussi des bijoux et bien sûr, des vêtements.

LE PARFUM OPIUM

Vous verrez donc des robes, des bijoux, des croquis, mais aussi une vidéo, au sous-sol, qui explique l’élaboration du parfum Opium, LE parfum aux influences asiatiques par excellence, qui est sorti en 1977 et qui fera connaître la maison Yves Saint Laurent dans le monde entier.

asie reve yves saint laurent musee haute couture

Cette exposition montre la modernité des créations d’YSL, certaines robes pourraient être portées de nos jours. Clou de la visite : le Studio, le bureau d’Yves Saint Laurent, qui a été laissé en état, comme si YSL allait rentrer d’un moment à l’autre dans la pièce. Ses lunettes sont posées sur son bureau, des photos, des tissus, des documents éparpillés, tout est agencé pour garder une impression de vie, la magie opère totalement, qu’on aime ou non la haute couture, on est là où YSL créait et il y a un côté fascinant de savoir qu’il était là, il y a quelques années, là où vous foulez vos pieds.

 

Une fois par mois, vous pouvez également, sur réservation, visiter l’atelier de restauration où sont entreposer toutes les collections d’YSL.

Vous l’aurez compris, c’est un lieu assez unique à Paris, alors allez-y, quelque soit l’exposition temporaire en cours.

 

A Faire
En famille, entre amis, en couple
Les +
Lieu unique et historique
Les -
l’Entrée à 10€…mais bon, ça vaut le coup tout de même…
Adresse
Musée YSL, 5 avenue Marceau 75016
Horaires

du mardi au dimanche de 11h00 à 18h00, nocturne le vendredi jusqu’à 21h00

Prix
10€

 

Bons plans à parisGastronomie

Ryukishin : LA nouvelle adresse de ramen à Paris !

posted by Muriel 13 décembre 2018 0 comments

UN NOUVEAU  RESTAURANT, SPECIALITE : RAMEN !

Depuis juillet dernier, Paris a pu compter une nouvelle adresse de spécialités nippones, déjà bien connue des initiés : Ryukishin. D’ailleurs, l’équipe KikiAParis était présente à son inauguration et a pu rencontrer son Chef, Tatsuji Matsubara, et de mon côté j’y suis retournée il y a quelques jours…

Qui dit culture nippone à Paris, dit 2e arrondissement, alors on descend au métro Pyramides, on prend la rue St Anne et hop ! On y est ! Le fief des restaurants japonais, qui s’alignent les uns à côté des autres, avec des files d’attentes à n’en plus finir à l’heure du déjeuner. Il manquait une petite adresse qui se différencie des autres et je crois qu’on l’a trouvé au 59 rue de Richelieu avec Ryukishin !

Pour ceux qui sont déjà allés au Japon, ce nom doit vous être familier, car c’est une chaîne bien connue au pays du soleil levant, spécialisée dans les ramen (prononcez lamen), ce met japonais est constitué de pâtes dans un bouillon à base de poisson ou de viande importés de Chine au début du XXe siècle. Déjà implanté à Osaka et à Kyoto, le Fondateur, Mr Tatsuji Matsubara, a décidé de s’attaquer à l’Europe et après  Valence et Milan, le voilà à Paris et il a bien fait !

On entre dans un décor boisé, assez zen, un petit bouquet de fleurs sur chaque table, une serveuse vous salue en japonais et en français, ambiance

Le menu est distribué, alléchant et bien détaillé, chaque plat est décrit avec le mode de cuisson des bouillons qui font envie, rien qu’à la lecture ! Quand on lit « cuit pendant des heures », une seule onomatopée me vient: miam miam !!

Aucun texte alternatif disponible.Aucun texte alternatif disponible.

Cliquez sur les menus pour les agrandir

 

 

 

 

 

 

 

Je prends la formule du midi à 19€: 1 ramen+raviolis frits japonais et choisi l’un des plats phares du restaurant, le Ryukishin Païtan, une tranche de poulet et de canard braisé + un thé yogi pour la boisson. L’arrivée du plat est un bonheur pour les yeux ! Ce beau bouillon épais où nage mes nouilles+ciboule etc…est trop beau et fait envie…attention…je prends la cuillère…je teste…et ce n’est QUE du plaisir !

 

Le bouillon est vraiment très bon, goûtu, plein d’arômes, avec des petits oignons frits et la ciboule qui relève le plat, la viande est bien cuite, on sent que ça a été mijoté pendant des heures. J’avais également des légumes frits et la friture n’a rien de gras, tout est fait en finesse.

En résumé, je dis un grand oui pour cette adresse ! Pour en savoir plus,  voici leur lien Facebook. 

 

A Faire
En solo, entre amis, en couple
Les +
Lieu authentique. La cuisine est séparée par une baie vitrée : évite les odeurs. Malgré le nombre de gens présents dans le restaurant, il n’y a pas de brouhaha, comme dans les autres restaurants, c’est assez calme. Possibilité de réserver en envoyant un mail
Les -
Le prix pour le déjeuner peut sembler cher, mais la qualité est là, ça les vaut !
Adresse
59 rue de Richelieu 75002 Paris
Horaires
Du lundi au samedi, de 12h à 14h et de 18h30 à 21h30.

Prix
Menu à 19€ le midi : plat + poulet frits ou ravioles frits.

 

Photos ©KikiAParis

 

Bons plans à parisCulture

[Théâtre] Le CV de Dieu : Dieu a tout créé, il s’ennuie et cherche un nouveau job !

posted by Muriel 16 novembre 2018 0 comments

Adapté d’un texte de Jean-Louis Fournier (compère de Pierre Desproges) paru en 2008, le CV de Dieu réunit, sur la scène du Théâtre de la Pépinière à Paris, Didier Bénureau et Jean-François Balmer, pour 1h15 de comédie subtile, pleine de jeux de mots et poétique !

Résultat de recherche d'images pour "le cv de dieu affiche"

Nous y voilà, Dieu ne croit plus en Dieu…il a un peu perdu la foi…il décide donc de déposer son CV, immédiatement retenu par une grande société, qui propose de le rencontrer afin d’étudier, plus consciencieusement, son profil.

Le Directeur des ressources humaines (Didier Bénureau) va mettre à l’épreuve Dieu (Jean-François Balmer), en épluchant ses différentes créations, mais aussi ses échecs, pour s’assurer qu’il correspond bien au poste proposé. Va-t-il être recruté? Je vous laisse voir la pièce pour le savoir!

A travers cette pièce, l’auteur aborde, de manière légère, les thèmes de la religion, du comportement des hommes face à son prochain ou a son environnement naturel, qu’il a évidemment tendance à détruire.

Certaines questions existentielles sont exposées comme: était-ce vraiment nécessaire  que Dieu crée les cons?! Plus sérieusement, mais toujours avec humour, l’auteur a une critique acerbe de notre société et ce dialogue entre Dieu et ce responsable des ressources humaines, permet de prendre du recul et de la hauteur face aux agissements nuisibles de l’homme sur cette Terre et Dieu, dans tout ça, y est-il réellement pour quelque chose?

Résultat de recherche d'images pour "le cv de dieu images"

Le format court de la pièce de Théâtre, sa simplicité dans les décors fait qu’on garde un focus sur l’essentiel: le texte, qui est drôle et poétique à la fois. On passe un très bon moment avec de très bons comédiens, Bénureau dans un jeu facétieux à la Louis de Funes et un Balmer plus posé dans le phrasé, mais tout aussi amusant. Un bon équilibre entre les deux comédiens, créant une communion artistique, qui se ressent dans le public.

Pour voir la bande annonce et en savoir plus,  c’est par ici

A Faire
En famille, entre amis, très convivial
Les +
pas de place à l’ennui, on en veut même encore un peu! Petit théâtre, on est proche des comédiens, on est d’autant plus avec eux sur scène. Très bons comédiens et très bon texte.
Les -
Un peu tôt pour ceux qui sortent du travail: 19h00.
Adresse
Théâtre de la Pépinière, 7 rue Louis Legrand 75002 Paris
Horaires
du mardi au samedi à 19h00 et le dimanche à 16h00
Prix
prix: 34€, réduction pour les adhérents FNAC

 

Photos : ©CH. Vootz

ActivitéBons plans à paris

Rentrée théâtrale : Fric Frac, on y va ou pas ?

posted by Muriel 23 octobre 2018 1 Comment

Dans la liste des pièces à suivre de cette rentrée, il y a Fric Frac d’Edouard Bourdet. Avec une mise en scène de Michel Fau et dans les rôles titre : Michel Fau lui-même, Julie Depardieu et Régis Laspales, ce casting attirant laisse entrevoir que la bonne humeur sera au rendez-vous !

 Me voilà donc partie vers le Théâtre de Paris, rue Blanche, le sourire aux lèvres et le nez au vent ! La pièce commence tard, à 20h45 et se termine vers 22h45, donc prévoyez de grignoter quelque chose avant si vous n’aimez pas manger trop tard.

D’ailleurs…, petit aparté culinaire…n’allez pas à Boca, juste à côté du théâtre…, le lieu est plutôt sympa, cosy, le menu alléchant, mais c’est tout…le rapport qualité-prix n’y est pas du tout (pourtant très bien noté sur le site la Fourchette) ! C’est bien pour un verre éventuellement, mais c’est tout ! Allez plutôt plus bas chez « les Comédiens », une valeur sûre. 

Parenthèse terminée, revenons à notre sujet : Fric Frac. Pour info, c’est à la base une pièce créée en 1936, puis adaptée au cinéma avec Arletty, Michel Simon et Fernandel (allez voir la bande annonce de l’époque !) puis de nouveau réadaptée au théâtre, grâce à Michel Fau, toujours à l’affût pour revisiter des œuvres théâtrales d’un autre temps et les mettre au goût du jour.

Mettons-nous donc dans le contexte de l’époque on est en 1936, les 2 semaines de congés payés viennent d’être votées ainsi que la semaine de 40h au lieu de 48h…la France est déjà en crise, mais une reprise économique semble poindre le bout de son nez…semble seulement… 

Dans ce contexte, Loulou a son Tintin en taule, qui a besoin d’oseille car il doit arroser son bavard, mais ils n’en n’ont pas…Loulou pour l’aider, va donc tenter d’organiser une fric frac avec Jo ! Vous avez compris ?! Eh oui, à l’époque, dans les « bas quartiers », on parlait l’argot, vous allez donc en trouver dans les dialogues, mais pas d’inquiétudes, ça ne gêne en rien à la compréhension de la pièce, c’est utilisé par parcimonie et au pire…vous notez les mots que vous ne comprenez pas et vous faites une recherche internet en sortant ! 😉

 L’action se situe sur les Grands Boulevards, Loulou (Julie Depardieu) va amadouer Marcel (Régis Laspales), employé dans une bijouterie et naïvement amoureux de Loulou, pour tenter d’organiser un cambriolage avec son complice Jo (Michel Fau) pour aider son Tintin en prison, mais c’est sans compter sur la fille du patron de la bijouterie (Emeline Bayart), qui va mettre son grain de sel dans leur entreprise…tout ne va donc pas se passer comme prévu, bien entendu !

 La mise en scène de Michel Fau est comme d’habitude impeccable, très originale, avec des décors dignes d’un cartoon, on se croirait dans « qui veut la peau de Roger Rabbit », pour ceux qui connaissent, un peu entre réalité et dessin animé.

L’humour est bien au rendez-vous et Emeline Bayart y est pour beaucoup ! C’est elle qui apporte tout le dynamisme et c’est elle qui provoque le plus de rires du public, elle est vraiment géniale !

Car ce sera mon bémol, j’ai aimé la pièce dans son ensemble, mais ça manquait cruellement de rythme, heureusement les dialogues et l’histoire vous tiennent éveillés ! J’aurais aimé une Julie Depardieu avec plus de gouaille et un Régis Laspales avec plus d’énergie…niveau tempo, ce soir là, on était plus dans une valse que dans une techno parade !!

Mais bon, l’ensemble se tient et le public, plutôt des retraités, il faut bien le dire…semble avoir apprécié, donc…offrez à vos parents et/ou grands parents une place, ils seront ravis et vous passerez un bon moment en famille 

 

A Faire
En famille avec ses parents et/ou grands parents
Les +
Drôle, mise en scène et décors originaux, Emeline Bayart 
Les -
Manque de rythme, prix élevé, mais encore une fois, je vous l’indiquais dans mon article sur la pièce Edmond de Michalik, le jour J, places 1ère catégorie à moitié prix au kiosque théâtre.
Adresse
 Théâtre de Paris, 15 rue Blanche 75009 Paris
Horaires
Du mardi au samedi 20h45, le dimanche à 15h30
Prix
De 26 à 63€ selon la catégorie choisie
Bons plans à parisCulture

Théâtre : on a vu Edmond, la nouvelle création d’Alexis Michalik

posted by Muriel 9 octobre 2018 1 Comment

Alexis Michalik de retour avec une nouvelle pièce !

Edmond

C’est la rentrée, tous au théâtre !
L’automne arrive…, la pluie…, la fin des terrasses…, halte à la morosité et filez au théâtre !

Anne Laure avait communiqué, dans un précédent article, sa passion pour l’auteur de théâtre contemporain du moment : Alexis Michalik. Je partage son engouement et j’ai donc vu sa dernière pièce, qui fait salle comble depuis plusieurs mois maintenant: « Edmond », couronnée de 5 Molières, celui du meilleur spectacle, meilleur metteur en scène, meilleur auteur francophone, révélation masculine et meilleur second rôle, rien que ça !!

Edmond pour Edmond Rostand, l’auteur du célèbre Cyrano de Bergerac, l’une des pièces les plus connues du théâtre français avec sa fameuse « tirade du nez »! Si vous n’avez jamais vu ou lu la pièce, vous avez sûrement vu le film ou quelques images de l’adaptation, avec en rôle titre: Gérard Depardieu récitant la réplique : « c’est un roc! C’est un pic! C’est un cap ! Que dis-je…c’est une péninsule ! »

Nous voilà donc transposés à la fin du 19e siècle où nous allons découvrir l’histoire difficile de la création de Cyrano, jusqu’à sa 1ère représentation. Car écrire une pièce de théâtre n’est pas chose facile, Edmond va donc passer par toutes les émotions : l’échec, l’espoir, le désespoir, etc…comme sait si bien le faire Michalik, l’histoire se transforme en une aventure passionnante ! C’est une pièce dans la pièce, car on apprend les différentes étapes du montage d’une pièce et la vie d’une troupe. Même si les époques sont différentes, les émotions et ce que vit l’auteur dans son processus de création sont similaires.

12 comédiens sur scène, tous aussi talentueux les uns que les autres, qui tiennent le rythme endiablé de la pièce et qui se changent sur scène…je n’en dis pas plus, c’est une mise en scène propre à Michalik, utilisée dans toutes ses pièces…je vous laisse la surprise!

Michalik a le don pour conter les histoires et les mettre en scène de manière toujours originales! Depuis le porteur d’histoires, il a su créer  » sa patte », il réussit, je pense, à faire aimer le théâtre, même aux plus réticents, il a tous les ingrédients pour : rythme, action, humour, réflexion, on ne s’ennuie jamais! Je n’aurai qu’une chose à dire : allez y!

Pour info, pour ceux réellement réfractaires au théâtre 😊, une adaptation cinématographique a été réalisée par Michalik himself, dont la sortie est prévue en janvier 2019 !

Cliquez ici si vous souhaitez réserver votre place ! 

 

A Faire
Entre amis, en couple.
Les +
Mise en scène unique, histoire captivante.  
Les -
Je ne sais pas si c’est la faute aux Molières, mais les places sont un peu chères…pensez à kiosque théâtre, places 1ère cat, donc bien placées, …à moitié prix, le jour J…
Adresse
Théâtre du Palais Royal, 38 rue de Montpensier 75001 Paris
Horaires
Du mardi au samedi à 21h00, le dimanche à 16h00
Ambiance
détendue, conviviale,
Prix
Entre 17€ et 60€  

 

Photo : ©Hellothéâtre